top of page

Tchad / Pré-dialogue : les principales propositions



Le Tchad se prépare au dialogue national.


A cette occasion, un pré-dialogue a été organisé du 5 au 7 novembre au palais du 15 janvier qui a pratiquement fait son plein d’œuf durant trois jours. Entre les chaudes empoignades liées à la mise en place du présidium, les chauds débats sur les différentes thématiques et la protestation des participants qui n’ont pas eu de per diem, ces trois jours ont été mouvementés.


Après plusieurs consultations dans toutes les provinces du Tchad, les assises ont été lancées avec près de 700 participants venus assister, des représentants de partis politiques, de la société civile, des syndicats, de la jeunesse et des corporations professionnelles.


Les 700 participants présents ont débattu des thématiques de leur choix, de la paix, des droits de l'homme mais aussi des questions de société. Côté politique, c'est la forme de l'Etat qui a provoqué des débats animés entre les représentants de partis politiques. Prochaine étape : les 700 participants doivent s'accorder sur une liste de propositions pour chaque thématique. Ces propositions seront ensuite présentées au dialogue national.


Les principales propositions arrêtées


• restaurer la Constitution de 1996

• l’instauration d’un mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois

• l’instauration du sénat

• la mise en place d’un Etat unitaire fortement décentralisé

• l’organisation d’un référendum pour l’adoption de la nouvelle constitution

• le retrait de la présidence du conseil supérieur de la magistrature à la présidence de la République pour garantir la séparation des pouvoirs

• une subvention annuelle et revalorisée aux partis politiques

• assurer un quota de 2% dans les nominations aux fonctions étatiques aux personnes handicapées

• procéder au rapatriement des biens culturels spoliés pendant la colonisation

• restaurer le cours d’instruction civique dans les écoles

Le délégué du Comité d’organisation du dialogue national inclusif (CODNI), Mbaïremtar Prosper qui s’est félicité des résultats de ce pré-dialogue a dit espérer qu’il a tenu la promesse des fleurs. « L’espoir est permis dans ce pays de beauté », a déclaré Mbaïremtar Prosper. Et d’ajouter : « Nous devons briser les chaines de préjugés qui nous maintiennent dans le sous-développement ». Mbairemtar Prosper d’inviter les « frères qui hésitent encore », qui « ne croient pas » à franchir le pas, car « la paix est possible, la justice est possible… ».

Commenti