Tchad : l'ambassade américaine demande à l'opposant Succès Masra de quitter les lieux sans délais



L’ambassade des États-Unis où est réfugié l’opposant Succès Masra depuis samedi, à la suite de la marche contre le nouveau mandat d’Idriss Déby, a réagi jeudi 11 février par un communiqué. La représentation diplomatique américaine invite "le président des Transformateurs à quitter le périmètre de sécurité de l’ambassade".



Lundi, le président de la Commission nationale des droits l’homme avait fait le déplacement de l’ambassade pour demander au leader des Transformateurs de sortir; lui donnant au passage toutes les garanties de sa sécurité et de sa liberté. Mais Succès Masra avait refusé.


Pour beaucoup, Washington veut ainsi démontrer son soutien au Maréchal du Tchad qui brigue un nouveau mandat à la tête du pays. "À cause des faillites sécuritaires au Sahel et dans le lac Tchad, les grandes puissances comme les États-Unis voient en lui un allié essentiel dans la lutte contre les djihadistes et un élément stabilisateur dans la région", précise une source diplomatique à N'Djamena.


"Mais ses adversaires ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin ; après avoir été longtemps financés et préparés à renverser l'homme fort de la capitale à coup de financements occultes, venant parfois des même puissances avec pour but d'avoir un moyen de pression sur le Maréchal", apprend-on toujours de source diplomatique.


Depuis plus d'une semaine, l'ex-économiste en chef de la Banque africaine de Développement(BAD) mobilise ses partisans du mouvement Les Transformateurs et d'autres organisations de la société civile pour à priori paralyser la ville de N'Djamena et tenter d'arrêter le chef de l'Etat sortant.


Il a été malheureusement stoppé net au terme d'une répression des marches par la police et a trouvé refuge à l'ambassade des États-Unis au Tchad.


Profitant des œuvres sociales, le président des Transformateurs a su durant plusieurs années tisser sa toile et préparer son offensive. "Nos cadres ont l’obligation d’effectuer toutes les deux semaines une activité citoyenne : des consultations gratuites pour un médecin, du soutien scolaire pour un instituteur… Nous ne cherchons pas à être des opposants, mais à transformer le pays. Nous voulons installer au Tchad un leadership serviteur », précise Succès Masra.


Pour lui, il est temps qu'Idriss Deby quitte le pouvoir dans des conditions pacifiques. "Créer les conditions d’une alternance pacifique et démocratique qui permettra aux Tchadiens de travailler ensemble à ce projet. Et parce qu’il aura servi le pays sur les questions sécuritaires, Idriss Déby Itno pourra demain continuer à jouer un rôle, pourquoi pas celui d’envoyé spécial auprès de l’Union africaine ou de l’ONU sur ces problématiques. Contrairement à ce que disent nos détracteurs, après lui, ça ne sera pas le déluge, puisqu’il sera encore là. Ce serait une porte de sortie honorable", soutient-il.


Une candidature unique de l'opposition en vue


Face au Maréchal du Tchad, douze responsables de partis politiques de l'opposition ont scellé mardi une alliance électorale pour présenter un candidat unique à l'élection présidentielle.


"Il ne s'agit ni d'une fusion, ni d'un regroupement de partis, ni d'une coalition de partis, mais d'une alliance électorale dénommée Alliance Victoire. En adhérant à ce manifeste, chaque parti signataire renonce à présenter à titre individuel un candidat à la présidentielle", ont déclaré les douze signataires, parmi lesquels Saleh Kebzabo et Mahamat Ahmat Alabo, deux ténors de l'opposition. Saleh Kebzabo était arrivé en deuxième position de l'élection présidentielle en 2016, recueillant 12,8 % des voix.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine