Tchad : ce que les autorités reprochent à Yaya Dillo



Yaya Dillo, l’homme qui a toujours rêvé de prendre le pouvoir au Tchad, est au centre d’une affaire judiciaire et non politique comme le laisse entendre ses partisans. Les événements qui se sont déroulés dimanche 28 Février 2021 à N’djamena capitale Tchadienne, au domicile de YAYA DILLO DJEROU, Patron de l’Alliance rebelle S.C.U.D (Socle pour le Changement, l’Unité et la Démocratie) relèvent de la continuité d’une affaire judiciaire qui remonte à 2020.En effet, mai dernier, l’ancien ministre et diplomate tchadien, Yaya Dillo Djerou Betchi, avait fait l’objet d’une plainte pénale pour diffamation et injures à l’endroit de la première dame tchadienne, Hinda Deby Itno et la Fondation grand cœur qu'elle préside.


Les faits qui sont reprochés à Betchi


Tout est parti d’une vidéo réalisée par l’opposant qui, a fait le tour des réseaux sociaux pour fustiger les intrusions intempestives de la Fondation Grand Cœur dans les affaires de l’Etat, de la convention que la fondation a signé avec la Cellule de veille et de sécurité sanitaire (CVSS). Ne se reconnaissant pas dans les accusations portées à leur endroit, Hinda Deby et sa fondation ont intenté des actions en justice contre le sieur Yayau Dillo Djerou. Plusieurs convocations avaient été émises depuis mai 2020 par la justice tchadienne pour entendre Yaya Dillo Djerou, lequel ne s’était pas présenté. La police avait aussi tenté de se présenter à son domicile à au moins deux reprises, mais a rebroussé chemin face aux partisans présents sur les lieux. A cet effet, plusieurs mandats de justice ont été délivrés à la suite de son mépris envers les institutions de la république. Un autre fait qui pèse contre Yaya Dillo, le fait de n’avoir pas répondu à une convocation de la police judiciaire à la suite de deux plaintes déposées contre lui pour : refus de restituer trois véhicules de service à la fin de sa mission communautaire. Des refus d’obtempérer qui ont abouti à l’exécution d’un mandat de justice (mandat d’amener, mandat de comparution et mandat d’arrêt). Le procureur de la république, Youssouf Tom revient clairement sur cette affaire judicaire. A cet effet, le gouvernement de N’Djamena est déterminé à mettre les choses au clair, afin que cette situation ne soit pas instrumentalisée à des fins politiques.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube