top of page

Scandale / Fifagate : la justice aux trousses de Gianni Infantino



Du nouveau dans l’affaire Infantino au niveau de la Fédération Internationale de Football Association – Fifa. Aux dernières nouvelles, le chef de l’information du ministère public, André Marty, a démissionné. Ce dernier est soupçonné d’avoir organisé des rencontres secrètes entre l’ex-procureur général Michael Lauber et le numéro un du football mondial, Gianni Infantino.


Gianni Infantino est déjà sous le coup d’une procédure pénale depuis le mois de juillet dernier pour ‘’ incitation à l’abus d’autorité, violation du secret de fonction et entrave à l’action pénale’’. Cette annonce est intervenue une semaine après la démission du chef du parquet suisse Michael Lauber, mis en cause pour sa gestion du Fifagate, et soupçonné de collusion avec Gianni Infantino. Michael Lauber, alors en charge de l'enquête sur le Fifagate, et Gianni Infantino, sont soupçonnés de s’être rencontrés de façon informelle au moins trois fois entre 2016 et 2017, ce qui soulève des interrogations sur une éventuelle collusion, avec pour conséquences des entraves à la justice entre autres. A la suite, le chef de l’information du ministère public de la Confédération (MPC), André Marty, est visé par la procédure pénale ouverte, en juillet 2020, par le procureur extraordinaire Stefan Keller pour les mêmes faits Marty est soupçonné d’avoir organisé plusieurs rendez-vous secrets en présence d’ Infantino. Il a participé à deux rencontres, en mars 2016, puis en juin 2017. Auparavant, il avait été présent lors d’une rencontre informelle, en juillet 2015.


Un mauvais temps qui se dessine pour le président de la Fédération International de football association, Gianni Infantino. Le patron du football mondial fait ainsi face à de graves ennuis judiciaires en Suisse. A cet effet, une instruction pénale pourrait être ouverte contre lui pour ‘’gestion déloyale’’, c’est ce qu’estime le procureur extraordinaire suisse, Stefan Keller.


A travers un communiqué publié le 10 décembre dernier, le procureur avait déclaré « avoir récolté des indices d’activité criminelle de la part du président de la Fifa ». Des accusations qui portent sur un vol en jet privé effectué en avril 2017 par Gianni Infantino, sur les fonds de l’institution du football mondial. Selon le magistrat, des indices assez clairs existent qui mettent en exergue la culpabilité du président de la Fifa.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page