top of page

Retour de Gbagbo et Blé Goudé en Côte d'Ivoire : la CPI lance un ultimatum au gouvernement Ouattara



Depuis la prononciation de leur acquittement prononcé en 2019 et confirmé le 31 mars 2021, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé attendent le bon vouloir des autorités ivoiriennes pour leur retour au bercail. Ce retour qui devrait se faire normalement sans aucun obstacle, se trouve conditionné par la volonté politique du gouvernement d'Alassane Dramane Ouattara et les agitations de prétendues associations de victimes aux ordres qui demandent un autre procès contre l'ancien président et son ministre. Face à ces agitations, la cour pénale internationale (CPI) frappe du point sur la table.


Dans un communiqué, le JUGE CHILE ESOE OSUJI rappelle au gouvernement ivoirien ses engagements vis-à-vis de l'institution internationale et l'appel au strict respect de la décision de la CPI.


« Conformément aux accords de coopération judiciaire qui régissent les rapports entre la Cour Pénale internationale et les États Parties du Statut de Rome, l'article 185 du Règlement de la cour stipule que les États ont l'obligation de recevoir sur leur sol toute personne acquittée et en assurer leur retour sécurisé », écrit le juge.


Cependant, poursuit-il, la cour constate avec une vive inquiétude qu'une association se prévalant du statut de victimes formule le souhait que les acquittés soient rejugés à leur retour dans leur pays au point d'émettre des menaces virulentes. Cette démarche qui n'honore pas la Côte d'Ivoire suscite des interrogations sur la sincérité des autorités. Pourquoi tardent-ils à faire respecter les clauses de leurs engagements vis-à-vis de la CPI ? Que redoutent-ils en hésitant jusqu'ici à rétablir Monsieur Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans leur droit absolu de retour chez eux ?


Tout en reconnaissant le droit aux victimes de tous les camps à obtenir justice, le juge Osuji a rappelé qu'un verdict définitif a été rendu par la Cour dans l'affaire le « Procureur contre Gbagbo / Ble Goude». « Cette décision n'est susceptible d'aucun recours et réhabilite les anciens prévenus dans tous leurs droits ».


Bientôt des poursuites contre Ouattara et compagnie


Par ailleurs souligne le Juge, un nouveau procureur entrera en fonction dans quelques mois. « Il aura la charge de mener de nouvelles enquêtes contre d'autres auteurs situés dans le camp adverse ». Si le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé ne sont pas responsables de crime contre l'humanité en Côte d'Ivoire, qui en sont les auteurs ? Les victimes devront garder leur mal en patience. Car rien n'est joué d'avance. La cour pénale internationale joue sa crédibilité dans cette affaire. Elle se doit d'aller jusqu'au bout de sa démarche pour redorer son blason.


Mise en garde du Juge Chile Osoe


Le juge Chile Osoe Osuji ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Il conclut en mettant en garde tous les auteurs de troubles susceptibles de compromettre la sécurité et l'intégrité des acquittés dont la cour avait la charge de juger. « Jusqu'à ce qu'ils regagnent leurs domiciles respectifs, messieurs LAURENT GBAGBO et BLE GOUDE sont sous la responsabilité de la Cour Pénale internationale ». Des poursuites Internationales seront engagées contre les responsables d'actes de violence à leur retour en Côte d'Ivoire.