top of page
  • 2rp

RCA: la MINUSCA encore prise la main dans le sac!



En Centrafrique, alors que Bangui déploie des efforts dans le but de réunifié le pays en lançant notamment le dialogue républicain, les différents groupes armés ainsi que la Minusca continuent leurs tentatives de sabotage. Voici ce que les Autorités centrafricaines ont découvert cette semaine.


La MINUSCA continue de tout faire pour que cette crise soit prolongée. Il ne se passe pas un seul jour sans que la MINUSCA ne puisse occasionner des forfaitures en Centrafrique.


Grâce à la vigilance de la Gendarmerie Nationale, la MINUSCA vient d’être démasquée pour la énième fois. En effet, c’était depuis le 16 mars 22 que la Gendarmerie au niveau de Béloko a stoppé deux camions transportant chacun deux conteneurs, lorsque les six autres sont déjà entrés dans la base de la MINUSCA à Bouar. Ces camions étaient en provenance du Cameroun sur chacun de ces camions privés, il y avait l’emblème des Nations-Unies.


Ayant suspectés ces deux camions, transportant 4 conteneurs, ils ont été escortés par les forces nationales jusqu’au niveau de la Gendarmerie Nationale à Bangui pour la nécessité de l’enquête. C’est finalement le Vendredi 18 que la gendarmerie a pu procéder à l’ouverture de ces quatre conteneurs pour découvrir qu’ils sont remplis d'armes et de munitions qui sont interdites d’entrer sur le territoire Centrafricain ?


Précisons que parmi ces quatre conteneurs, deux sont remplis des mines antipersonnel et les deux autres sont remplis de matériel bureautique. Pour plus de précision, chacun de ces véhicules contient un conteneur UN de matériel bureautique et un conteneur UN rempli des mines antipersonnel et d’autres munitions et matériels de guerre. Une véritable contrebande des armes déstabilisant par la même occasion l’économie de la République Centrafricaine. Évidemment, les armes et les munitions de la MINUSCA ne doivent jamais être mélangées avec du matériel bureautique pour être amenées sur le territoire Centrafricain. Pourquoi la MINUSCA fait entrer des munitions de ce genre sur le territoire Centrafricain sans que les autorités politiques et militaires n'en soient informées ?


Conformément au mandat de la MINUSCA, ce n’est pas de cette manière qu’elle doit faire parvenir des armes ou des munitions en Centrafrique. C’est une véritable contrebande que la MINUSCA a occasionnée. Des armes et munitions pareille ne peut faire leur entrée sur territoire sans escorte et sans autorisation. Où sont passés les éléments de la MINUSCA pour escorter ces armes ?


Ce qui est étrange, c'est qu'au moment de la découverte de cette contrebande d’armes et munitions de guerre par la Gendarmerie, un commerçant survient pour dire que les matériels bureautiques lui appartiennent. Comment les marchandises d’un commerçant est dans un conteneur UN ? Et qu’en est-il des deux autres conteneurs remplis de munitions de guerre ? Sont-ils également à lui ?


Ce qui est étrange, depuis que ces deux véhicules sont arrêtés au niveau de Béloko et escortés jusqu’à Bangui, la MINUSCA n’a toujours pas réagi, n’a pas fait une déclaration ou bien demander des explications. Il est bien clair que la MINUSCA est coupable de cette contrebande des armes et munitions. Mais cette grande quantité des armes et munitions sont destinés à faire qui ? Selon un centrafricain témoin de la découverte de cette contrebande dévoilée par la Gendarmerie : « c’est vraiment un plan stratégique de la part de la MINUSCA visant à déstabiliser le pays.


C’est ça l’opération de déminage des Mines par la MINUSCA ? Avec cette découverte, nous pouvons dire et comprendre que c’est la MINUSCA qui fournit des mines anti-personnel aux groupes rebelles dans la région de Bouar, c’est pourquoi ces véhicules devaient se rendre dans la ville de Bouar. En plus de ces armes, tout le monde peut comprendre que la MINUSCA occasionne des pertes économiques à l’État Centrafricain, car, la MINUSCA fait entrer des marchandises privées voilées par l’emblème des nations-Unies. Au lieu d’aider pour le retour de la paix, visiblement c’est la MINUSCA qui créé des tensions, la crise et la division en RCA. Le peuple Centrafricain est appelé à dire non à la MINUSCA car tant que la MINUSCA reste sur le territoire Centrafricain il n’y aura jamais la paix et la sécurité », a fait savoir un Centrafricain.


Et il est aussi important de relever la responsabiliser du Secrétaire des Nations-Unies, car pour des questions qui touchent la vie des Centrafricains, généralement il ne se prononce jamais, mais par contre, quand il s'agit d'un personnel de la MUNISCA, on assiste à des séries de communiqués de dénonciation en tout genre. Cette politique de deux poids deux mesures du secrétaire général de l’ONU doit cesser. Alors qu'au même moment, l’ONU impose l’embargo injuste sur les armes à destination de la RCA, tout en prétextant que des armes pourraient tomber dans de mauvaises mains. Mais en même temps, la mission de l’ONU fait rentrer des armes et munitions de guerre qui sont d’ailleurs interdites par le droit de la guerre, et ce, sans même une escorte. D'ailleurs, une mission de maintien de la paix comme la MINUSCA n’a même pas droit à utiliser des mines antipersonnel. Donc, ce qui est sur à propos de la MINUSCA, c'est qu'elle est toujours de mèche avec les groupes armés pour leur livrer ces armes, munitions et mines antipersonnel. En tout état de cause la nécessité d’une enquête urge et la MINUSCA a obligation à donner des explications concordantes aux Centrafricains dans les plus brefs délais. Ce qui montre encore une fois, la nécessité de mettre la MINUSCA à la porte, c'est une priorité absolue. Aucun processus de sécurisation, de développement ou d’unification ne pourra être pleinement en place tant que les troupes d’occupation occidentale sont encore dans les parages.

Mots-clés :

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page