top of page

Pourrait-on réellement construire l'Afrique sans les acteurs africains ?



La question du développement de l'Afrique est un combat qui est quotidiennement mené. D'ailleurs la notion du développement faire référence à la prise en charge de tous les volets du développement humain et économique.


Le constat, depuis les indépendances jusqu'à maintenant, les pays africains ont hérité du développement colonial, et dont les systèmes, mécanismes et stratégies bien ficelés, n'ont pas encore réellement permis l'émergence d'un grand nombre d'Africains, en qualité d'acteurs.


D'ailleurs, au niveau de la gestion de nos États, tout est à l'image des modèles coloniaux.

Cela se voit aisément à travers nos gouvernements. Les systèmes de l'éducation, de santé, de l'économie, de finances, de l'agriculture, de l'énergie, de mines, de sports, de Culture, du social, entre autres, sont nettement calqués sur la vision des colonisateurs.


Au niveau des affaires, c'est encore pire, avec la présence accrue des sociétés et entreprises des colonisateurs que nous appelons, les multinationales.


L'on comprend que l'Afrique est totalement entre les mains des colonisateurs sous plusieurs formes.

Ce sont eux les fournisseurs, les prestataires, les intermédiaires, les formateurs, les consultants etc.


Le tableau vu sous cet angle, nous pousse à nous interroger, s'il existe encore réellement des marges de manœuvre pour les africains dans la sphères des affaires ?


La réponse honnête et sincère est bien " NON ! ".

Cependant, la conscience nous oblige à nous départir de l'esprit de victime, d'impuissance, d'incapacité. Et de nous mettre résolument dans la lutte pour la revendication des richesses, des valeurs et atouts dont dispose l'Afrique.


Et au-delà de la revendication, il y a nécessaire besoin de nous approprier l'Afrique en devenant acteurs et auteurs de son développement.


Et pour mieux réussir cela, il nous faut objectivement, nous orienter vers la reconnaissance et la détection des africains qui agissent et qui œuvrent déjà en termes de développement, et chacun dans ses sphères de compétences et expertises.


Aussi et surtout, nous devons développer l'esprit du travail et de la conjugaison des efforts.

Personne, à lui seul, ne peut développer l'Afrique.


Dans ce contexte, il y a urgence de nous sortir carrément de la jalousie, de la méchanceté, de l'égoïsme et de l'hypocrisie.


Nous devons nous aimer, nous comprendre et travailler dans l'esprit de complémentarité, voire la conjugaison des efforts.


En adoptant une telle attitude, les africains peuvent finir par s'imposer dans tous les domaines où ils sont actuellement dominer par les multinationales.


Seuls, les africains peuvent développer l'Afrique. Mais, ils se doivent d'être unis.