top of page
  • 2rp

Pourquoi les États-Unis font-ils une fixation sur la montée en puissance de la Chine en Afrique ?



L’approfondissement de l’engagement de la Chine dans les nations africaines est un sujet de discussion fervent dans les médias occidentaux depuis des années, souvent abordé avec un vernis de crainte et d’anxiété étant donné le puissant potentiel et les implications géopolitiques de ces relations.


À Nairobi, bien connu pour être le portail de l’Afrique de l’Est en matière de commerce et de technologie, la présence de la Chine est partout. Malgré les critiques constantes de l’engagement néocolonialiste sur le continent africain, la communauté chinoise croissante au Kenya s’est assimilée aux populations locales.


Les mariages mixtes sino-africains sont en augmentation ; les chefs chinois et kenyans expérimentent la cuisine fusion. Cela va à l’encontre de l’hypothèse répandue et à connotation raciale selon laquelle les Chinois de l’étranger préfèrent résister à l’assimilation et rester dans des communautés isolées.


Mais peut-être les États-Unis ne sont-ils pas simplement préoccupés par l’ascension fulgurante de la Chine, mais par le déclin de leur propre puissance douce.


« Pendant des décennies, la politique africaine des États-Unis a reflété deux considérations principales – une obsession pour la Chine et une préoccupation pour contrer l’extrémisme violent à travers le Sahel ». C’est ce qu’affirme John Calabrese, directeur du projet Moyen-Orient-Asie de l’American University. Il affirme que, de certains points de vue africains, l’engagement de la Chine peut être perçu comme beaucoup plus cohérent et privilégié que celui des puissances occidentales traditionnelles.


Les chiffres confirment cet argument. Une étude réalisée en février 2022 par le groupe de réflexion américain Center for Global Development (CGDev) a révélé que les banques de développement chinoises (China Exim Bank et China Development Bank) ont dépassé de plus du double le montant prêté par les États-Unis, l’Allemagne, le Japon et la France réunis au cours de ces 13 années : 23 milliards de dollars contre 9,1 milliards de dollars. L’étude a porté sur 535 opérations d’infrastructure public-privé financées en Afrique subsaharienne.



L’engagement de la Chine en Afrique est beaucoup plus important que celui des États-Unis


Josh Maiyo, maître de conférences à l’Université internationale des États-Unis à Nairobi, spécialisé dans la politique sino-africaine, estime que le silence observé depuis l’annonce par Biden du programme de développement mondial « Build Back Better » réaffirme une perception africaine générale du déclin américain sur le continent. « Par le passé, la visite d’un important chef d’État américain était un événement majeur. Lorsque le secrétaire Blinken a effectué sa première tournée africaine l’année dernière, cela a à peine fait du bruit ».


Selon M. Calabrese, les États-Unis n’ont jamais donné suite à leurs grands projets ambitieux en Afrique. « Depuis le lancement de l’initiative « Build Back Better » de Biden, il n’y a pas eu beaucoup d’action. Si les États-Unis faisaient preuve de leadership et utilisaient leur pouvoir de rassemblement pour concevoir de nouvelles approches multilatérales et revitaliser celles qui existent déjà, peut-être leur réputation pourrait-elle également être ravivée sur le terrain en Afrique ».


Les années de l’ancien président Trump au pouvoir ont été notoirement silencieuses sur l’Afrique, pour le meilleur et pour le pire, mais riches en commentaires sur la Chine en Afrique.



Efem Ubi, professeur associé et directeur de recherche à l’Institut nigérian des affaires internationales, perçoit la fixation des États-Unis sur la montée en puissance de la Chine comme leur propre lutte contre une perte de pouvoir. « Cela remonte à l’étude des relations internationales. Lorsqu’une nouvelle puissance hégémonique se lève, la puissance existante résiste au changement », explique Ubi à Quartz.


Et s’il est très facile de dichotomiser les relations de l’Afrique avec les puissances occidentales par rapport à celles avec la Chine en les qualifiant de coloniales/non coloniales, la vérité est que la Chine apporte moins de bagages coloniaux au continent, même si les actions du pays sont parfois considérées comme néocolonialistes.


« L’Afrique peut désormais choisir les puissances avec lesquelles elle souhaite entretenir des relations et faire des affaires. Les vieilles relations stéréotypées et coloniales commencent à s’estomper. Nous voulons de nouvelles relations qui reflètent les relations mutuelles et les relations gagnant-gagnant qu’offre la Chine, ce qui est inquiétant pour l’Occident », explique M. Ubi.



Les investissements de la Chine en Afrique, principalement sous forme d’infrastructures, sont très visibles


<