top of page

Pakistan: la Chine se venge déjà



En géopolitique, chaque coup devrait être riposté sinon le rattrapage sera plus douloureux que le coup lui même.

en Syrie, l'entente Russie/Turquie à Idlib devenujs un vivier de terroristes n'a cessé de réperculté là où la Russie est entrée en friction avec l'OTAN, de la Libye à la Haut Karabakh en passant par l'Ukraine. Désormais Moscou est sur le point de se rapptraper en Syrie via un rapprochement sans précédent avec la Résistyance et les répercussion que ce processus aura pour le duo Turquie/Israël. Et la Chine qui semble être prise de court par le départ forcé du PM chinois Imran Khan va-t-elle prendre le taureau par les cornes et couper l'herbe sous pieds des Américains qui ambitionne de foutre en l'air le projet Gwadar et partant la route et la ceinture en remplaçant Imran Khan par Shabaz Sharif? Pékin semble se diriger sur cette voie.


Espionnage, piratages, cyber-attaques… La liste est longue ; des défis que le régime sioniste doit relever alors qu’il est aux prises avec la vague d’attaques et d’opérations martyres palestiniennes qui ont déstabilisé les territoires occupés (dit Israël). Le service de sécurité intérieure israélien, Shin Bet, déjà largement débordé par tout ce qui se déroulent d'attaques anti Israël en Palestine occupée, soupçonne une opération d’espionnage chinoise contre les ministères du régime sioniste. Le but? il ignore mais croit savoir que les données auraient été destinés aux "amis de la Chine".

Le Shin Bet lance ce mardi 12 avril une enquête sur des soupçons selon lesquels la Chine, par l'intermédiaire de son ambassade à Tel-Aviv, tentait d'espionner des ministères du gouvernement israélien, a rapporté mardi, la Radio de l'armée israélienne.


Les opérations d’espionnage, révèle la radio de l'armée israélienne, étaient effectuées à travers les cadeaux envoyés à l'occasion de Pâques par l'ambassade de Chine à un certain nombre de ministères israéliens : des tasses thermiques sous lesquels était dissimulé un dispositif d’écoute. Selon la radio militaire, un objet électronique a été retrouvé à l'intérieur de la tasse, et qu'on soupçonnait qu'il s'agissait d'un appareil d'écoute.


Les tasses ont par la suite toutes été récupérées pour être inspectées. De même, des instructions ont été émises par les services de sécurité de tous les ministères et même du bureau du Premier ministre israélien, afin d'améliorer les procédures de sécurité normales en inspectant tout ce qui arrive de l’extérieur, en particulier les cadeaux envoyés par des missions diplomatiques étrangères.

De son côté, le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré que « le Shin Bet enquête sur l'affaire, car la situation n'est pas encore claire ». George Soros a désigné Xi Jinping comme la plus grande menace pour les «sociétés ouvertes» du monde!


Espionnage, piratages, cyber attaqués… La liste est longue ; des défis que le régime sioniste doit relever alors qu’il est aux prises avec la vague d’attaques et d’opérations martyres palestiniennes qui ont déstabilisé les territoires occupés (dit Israël). La dernière en date remonte au 9 avril, moins de deux jours après l’opération martyre anti-israélienne dans la rue de Dizengoff en profondeur de l’entité sioniste.

De plus, une cyberattaque généralisée a été menée contre certaines bases de données et des applications bancaires les plus importantes du régime israélien qui ont été hors service pendant des heures.

Selon des rapports, les sites Web des banques israéliennes, dont la banque Masad, la banque International, la banque Otzarhashial et plusieurs d’autres, font partie des banques qui n’ont pas été en mesure de fournir des services aux utilisateurs samedi soir.

Les récentes cyber-attaques contre certaines bases de données et renseignements israéliens ont révélé que Tel-Aviv est largement vulnérable à de telles attaques. La dernière en date a d’abord visé la banque Hapoalim, l’une des plus grandes banques d’Israël, puis s’est propagée rapidement à d’autres banques israéliennes.


L’incident a largement mis en questions la capacité des banques israéliennes à faire face aux cyber-attaques. Or, ce n’est pas la première fois au ces dernières semaines que les sites Internet des banques israéliennes sont touchés. À cet égard, le 14 mars, des dizaines d'Israéliens ont porté plainte contre leurs banques après avoir perdu l’accès à leurs pages bancaires. Sauf que cette fois c'est la Chine et que celle-ci pourrait l'avoir pour le coup qu'elle vint de recevoir au Pakistan.