top of page

Niger : l'armée reprend la main contre les terroristes



Depuis que l’axe occidental s’est pris un vent par le président nigérien, qui a très intelligemment esquivé de tomber dans le piège des médias occidentaux lors de son dernier interview avec TV5, le Niger marque de plus en plus et l’axe occidental, lui, prend en revanche de plus en plus de gifle !


L’armée nigérienne a annoncé, mardi 5 avril, avoir neutralisé 36 terroristes et capturé 6 autres, lors d’opérations de lutte contre le terrorisme. Ces actions ont été menées dans la région de Tahoua, dans le Nord-Ouest et de Diffa, dans le Sud-Est, au cours de la période du 26 mars au 5 avril. Dans le bulletin hebdomadaire des opérations, l’Armée indique avoir mené « des opérations de sécurisation et de lutte contre le terrorisme sur le territoire national » qui ont abouti à la neutralisation des terroristes. En date du 27 mars, un accrochage a eu lieu entre une unité des Forces armées nigériennes (FAN) de Tillia, dans la région de Tahoua, et des individus armés, à motos, sur l’axe Chinouaré et Agando, s’est soldé par la neutralisation de 9 assaillants, 6 autres capturés et plusieurs armes et munitions saisies. Selon la même source, une série d’attaques complexes et des tentatives d’infiltration ont visé les éléments du secteur 4 de la Force multinationale mixte (FMM) en patrouille dans la zone de Malamfatori, à Diffa, le 2 avril, entre 17h30 et 23h45. Au cours de cette attaque, « 27 terroristes ont été neutralisés et plusieurs véhicules et des armes saisis », lit-on dans le bulletin. Par ailleurs, au cours de ces opérations, les Forces armées nigériennes ont « interpellé des suspects et d’autres individus en lien avec le terrorisme ».


Alors qu’au Niger, la base d’Agadez est récemment devenu le théâtre du déploiement des B-52 américains, ces victoires répétitives de l’armée nigérienne, sont d’autant plus importante dans la mesure où, cette armée a réalisé ces victoires en s’appuyant sur elle-même et non sur un Occident qui tente de transformer le Niger comme ligne de front anti-alliance Afrique-Russie.


D’ailleurs, le ministre nigérien de la Défense, Alkassoum Indatou, a assisté en mars dernier au centre d'instruction des Forces armées nigériennes (FAN) de Zinder à la cérémonie de sortie d'un nouveau contingent de 1.525 soldats, à l'issue d'une formation commune étalée sur cinq mois, a-t-on appris de source officielle.


Ce nouveau contingent vient s'ajouter aux 1.417 autres soldats sortis le 2 mars dernier du Groupement d'instruction militaire (GI) Tondibia près de Niamey, en vue de renforcer les capacités opérationnelles de l'armée nigérienne engagée dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée.


Ces soldats ne sont ni français ni américains, ce sont les fils du Niger, ceux qui n’ont pas laissé passer le convoi de Barkhane il y a quelque mois de cela et qui crie à l’indépendance et à la souveraineté.


De son côté, la semaine dernière, le président du Niger, Mohamed Bazoum, a appelé le Nigeria à contribuer à la création d'une force militaire régionale afin de combattre l'insécurité dans la région du Sahel.


En contribuant à la mise en place de cette force militaire régionale, le Nigeria, première économie d'Afrique et puissance régionale, réduirait le coût que représente la lutte contre l'insécurité dans la région, a-t-il ajouté.


En tout cas, ce soulèvement que les médias mainstream et les dirigeants occidentaux tentent tant bien que mal de cacher, est bel et bien réel et ne fait que s’amplifier. La machine est en route et rien ne peut arrêter un soulèvement comme celui-ci. Les Africains savent que ce sont les seuls qui peuvent restaurer leur souveraineté et leur intégrité, bafoués depuis tant d’années.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page