Misère judiciaire de Vincent Bolloré, Gilles Alix et Jean Philippe Dorent sur les biens mal acquis



Le feuilleton à rebondissements de l'affaire de la corruption au Togo, impliquant le milliardaire Breton Vincent BOLLORÉ, le Directeur Général du Groupe Gilles ALIX et le patron de l'agence de communication HAVAS nommé Jean Philippe DORENT est loin de dévoiler tous ses secrets. Voilà les acteurs du film de corruption à grande échelle au TOGO ! Des Français qui ternissent l'image de la France en Afrique et dans le monde ! Ils auront maille à partir avec la justice française qui continue de les tenir, malgré l’aveu de l'infraction de corruption par les trois prévenus.


Pas de bout du tunnel pour Vincent Bolloré, Gilles ALIX et Jean Philippe DORENT !


En plaidant coupable après des 8 années consécutives d'auditions devant le parquet National Financier, les trois prébendiers Vincent BOLLORÉ, Gilles ALIX et Jean Philippe DORENT croyait avoir défait le rouleau compresseur. Ils regrettent aujourd'hui d'avoir plaidé coupable en signant le document de Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité (CRPC) puisque pour eux l'arrêt des poursuites qui devait intervenir à été refusé par la juge Isabelle DEPREZ-PREVOST qui a estimé que la gravité des faits de corruption et les conséquences nécessitent que les trois prévenus comparaissent devant le Tribunal correctionnel ! Pour cette juge, l'ordre public économique international a été troublé et la souveraineté de l'État Togolais entamée par les actes de corruption de Vincent BOLLORÉ, Gilles ALIX, Jean Philippe DORENT qui ont permis au groupe Bolloré de défier la concurrence et d'obtenir outre procédures la concession du Terminal à conteneurs du port autonome de Lomé !


Les trois prévenus vont revenir devant le juge d'instruction pour un renvoi de l'affaire devant un tribunal correctionnel qui devra juger et condamner en audiences publiques les trois délinquants ! Chose qu'en plaidant coupable et en s'engageant de payer l'amende subséquente, Vincent BOLLORÉ, Gilles ALIX et Jean Philippe DORENT voulaient à tout prix éviter ! Le chapelet judiciaire n'est donc pas égrené ! Les trois bandits étant déjà passés aux aveux écrits dans le document de Comparution sur Reconnaissance Préalable de Culpabilité, le procès est joué d'avance, contre les trois malfrats ! La malédiction des ports Africains suit trois charognards ! Exactement comme la malédiction du pillage des sarcophages des pharaons poursuit certains archéologues.

Posts à l'affiche
Posts Récents