top of page
  • 2rp

Mali : Pékin envoie des soldats !



Le vendredi 12 août 2022, l’Allemagne s’est vue obligée de suspendre sa mission militaire au Mali jusqu’à nouvel ordre. « Le gouvernement malien a encore une fois refusé d’autoriser un vol prévu aujourd’hui. Nous suspendons jusqu’à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère, car il n’est plus possible de soutenir la MINUSMA sur le plan opérationnel », a indiqué le ministère allemand de la Défense.


Lors d’une audience accordée, le vendredi 12 août 2022, à l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Mali, Dietrich Pohl, Abdoulaye Diop, le ministre des Affaires étrangères du Mali a parlé de « fausses informations faisant état d’un refus des Autorités maliennes d’accorder l’autorisation de survol au contingent allemand ». Selon Abdoulaye Diop, il a expliqué à son hôte la mise en place d’un nouveau mécanisme d’approbation des rotations de contingents, à la faveur de la réunion de coordination tenue, le 1er août 2022, avec la Mission onusienne. « Ce nouveau dispositif répond à des impératifs de sécurité nationale. À cet égard, il a invité l’Allemagne à renouveler sa demande de rotation dans le cadre de ce mécanisme à travers la MINUSMA, avant d’assurer l’Ambassadeur du traitement diligent qui sera réservé à la requête », lit-on dans le communiqué du ministère des Affaires étrangères du Mali.


C’est-ce qui était prévu. Le gouvernement malien l’avait bien précisé, si la Minusma reste au Mali, ce sera seulement sous les conditions que Bamako impose et non sous les conditions de la Minusma. D’un autre côté, un nouveau contingent a fait également son apparition au Mali.


La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a annoncé ce lundi, que la Chine a déployé à la MINUSMA à Gao, une équipe chargée de la protection du camp, du soutien médical et des travaux d’ingénierie.


Longtemps réfractaire aux missions de maintien de la paix de l’ONU, qu’elle considérait comme des ingérences injustifiées, la Chine compte depuis 2013, quelque 2 000 hommes engagés auprès des Nations unies. Pékin a progressivement changé de directive avec une implication graduelle dans les missions de paix de l’Organisation des Nations unies, seulement à la demande des autorités du pays concerné.


En 2013 déjà, la Chine avait proposé d’envoyer 500 soldats au Mali dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l’ONU. Ce lundi, on apprend de sources officielles qu’elle a dépêché un contingent à la MINUSMA, à Gao.



« La sécurité des Casques bleus est essentielle à la mise en œuvre de notre mandat au Mali. La Chine a déployé à la MINUSMA à Gao, une équipe chargée de la protection du camp, du soutien médical et des travaux d’ingénierie », a annoncé ce lundi, la MINUSMA.


Ce déploiement d’un contingent chinois au Mali, intervient dans un contexte où, la MINUSMA fait l’objet des critiques les plus acerbes notamment pour ses résultats « infructueux » dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.