top of page

Mali : le premier ministre rendu légal par un CNT dit illégal et illégitime.



La journée du lundi 02 Août 2021 a été très longue et lourde pour le premier ministre de la transition malienne CHOGUEL KOKALA MAIGA.


Il était devant le conseil national de transition, pour y défendre son Plan d'Action Gouvernementale. Les membres du CNT qui jouent actuellement le rôle des députés de la nation, ont diversement apprécié la proposition du plan d'Action Gouvernementale avec bien évidemment des critiques, des questions et suggestions. Ils étaient nombreux, les intervenants qui se sont succédé à la tribune de l'Assemblée Nationale, logée au Centre International de Conférences de Bamako.


Le premier a reçu toutes les félicitations pour sa nomination, a été soumis à un exercice très complexe qui a touché tous les maux de la nation malienne.

Et en parfait orateur, il aura séduit sur le terrain des verbes d'éloquence.


Quant au fond, il n'a pas convaincu dès lors que son plan bien et lourdement budget, n'est pas accompagné d'un calendrier d'exécution.


Un Programme d'Actions très vaste, qui pourrait en réalité prendre quelques années, pour sa véritable exécution.

La question de la sécurisation du Mali. La question de l'organisation des élections. La question de l'application ou révision de l'accord d'Alger. La question de l'école Malienne. La question de la place des femmes dans la gestion des affaires publiques. La question des personnes handicapées. La question de la lutte contre la corruption. La question des droits de l'homme. La question du désarmement des rebelles et des milices. La question de l'organe unique des élections. La question des Maliens de la diaspora. La question des accords de coopération entre le Mali et la France etc. Toutes les questions étaient mises à l'ordre du jour par les membres du CNT.


Certes, le Premier Ministre a prôné l'assurance de la réussite, mais il n'a pas donné de vraies pistes pour avoir son enveloppe budgétaire de 2050 milliards de francs CFA.


Malgré, comme cela est de tradition dans ces genres d'exercices, les membres du CNT ont voté en faveur du Plan d'Action Gouvernementale.


S'il y a donc lieu de féliciter le premier ministre, d'avoir convaincu les membres du CNT, il s'impose la question de savoir si le vote du CNT rend légal et légitime, la mission du premier ministre ? Surtout qu'il a déjà posé une plainte contre le CNT.


Devra-t-il finalement demander l'annulation de ladite plainte ?


Dans le fond, c'est bien la nation malienne qui gagne, si malgré, le sort de la nation a fait l'objet d'un débat démocratique. D'ailleurs, le premier ministre a eu le mérite d'avoir défendu son programme. L'essentiel est fait face au CNT.


IL reste maintenant la mise en application du Plan d'Action Gouvernementale validé.



MONOKO TOALY,

Journaliste, Consultant, Expert International en Communication.

DG AFRIQUE MÉDIA TV pour l'Afrique de l'Ouest.

Mots-clés :

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page