top of page
  • 2rp

Mali / Côte d’Ivoire: les mercenaires inculpés

Le Mali a cloué le bec de la Côte d’Ivoire.



La justice malienne a finalement inculpé les 49 soldats ivoiriens accusés d’être des mercenaires pour “tentative d’atteinte à la sûreté“. Abidjan assure que ces soldats étaient en mission pour l’ONU, dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Mission des Nations unies au Mali alors que l’ONU a démenti cette affirmation en niant totalement que ces soldats auraient un lien quelconque avec l’ONU. Il se peut que “ce retour judiciaire en force dans le dossier” soit le résultat de problèmes dans la négociation entre le Mali et la Côte d’Ivoire pour obtenir la libération de ces soldats. Car en effet, Abidjan n’a pu jusqu’à présent fournir aucune preuve tangible quant à la justification légale de la présence de ses militaires au Mali.



Les forces maliennes ont arrêté le 10 juillet, 49 soldats ivoiriens. Le gouvernement malien les a qualifiés de mercenaires étant entrés illégalement dans le pays. Les soldats restent en détention au Mali. La Côte d’Ivoire a exigé le 13 juillet leur libération immédiate, affirmant qu’ils étaient arrivés au Mali dans le cadre de l’opération d’appui logistique de la Minusma.


Le porte-parole de la mission de l’ONU au Mali a déclaré que ces militaires ivoiriens ne faisaient pas partie de la Minusma, mais qu’ils étaient déployés sur le territoire malien depuis plusieurs années dans le cadre du soutien d’un des partenaires de la mission. La Côte d’Ivoire s’est comportée en ennemi du Mali notamment en appuyant la mise en place des sanctions économiques contre le Mali qui a non seulement porté un coup au peuple malien, mais également aux Ivoiriens qui commerçaient ensemble. Mais également en tenant des propos insultants à l’égard du Mali et de la volonté du peuple malien de vouloir préserver l’intégrité et la souveraineté du pays.



Actuellement, Abidjan n’a aucune explication à donner concernant la présence de ces mercenaires, si ce n’est que la mission première de ces soldats entrait dans le processus de déstabilisation du Mali. Il n’y a pas d’autres explications. La Minusma a eu peur de soutenir les propos d’Abidjan, car évidemment, la mission de l’ONU se trouve sur un siège éjectable. D’où sa désolidarisation avec Abidjan. En attendant, Bamako reste ferme dans la défense de sa souveraineté et son intégrité, et c’est exactement ce que veut le peuple malien.

Posts à l'affiche
bottom of page