top of page
  • 2rp

Mafia des visas: les sénégalais comptent manifester jeudi devant l’ambassade de France à Dakar



Dans un communiqué rendu publique ce 10 octobre, le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) annonce avoir déposé sur la table du préfet de Dakar, une lettre l'informant d'un sit-in qu’il organise ce jeudi 13 octobre 2022, à partir de 10h - avec toutes les victimes de la mafia de l'ambassade de France au Sénégal – pour dénoncer le vol, les humiliations, l’arnaque, la confiscation des passeports (…) dont sont victimes les Africains qui se rendent à l’ambassade de France.


« Le FRAPP dénonce la politique de délivrance de visas de l'ambassade de France au Sénégal, faite d'arnaque, d'extorsion de plus de 30.000 personnes par an au Sénégal. », a dénoncé cette organisation panafricaine, dans un communiqué parvenu à notre rédaction.


Selon ce communiqué signé du secrétariat exécutif national (SEN) du FRAPP, « l'ambassade de France au Sénégal : vole les africains ; humilie les africains ; confisque pendant des mois les passeports des africains, en lieu et place des trois semaines de traitement ; finance des projets au Sénégal avec l'argent, fruit de cette arme d'arnaque massive juteuse pour l'hexagone, que constitue le business des visas…», ajoute ce communiqué « et malheureusement, ajoute-il, tout cela se passe avec la complicité du gouvernement du Sénégal. »


Selon le secrétariat exécutif du FRAPP, « les demandes de visas ont augmenté et en 2020, il y avait 32 000 demandeurs ». Cette croissance de la demande aurait poussé à faire entorse aux règles de la procédure d’obtention de visa. Ce qui pousse le FRAPP à penser que « Campus France invente des motifs fallacieux pour couvrir ses refus de visa. ».


Devant ces faits jugés inacceptables par cette organisation anti-impérialiste, le FRAPP compte investir l’ambassade de France au Sénégal pour formuler cinq exigence fondamentales, notamment : « la restitution sans délai aux candidats au visa malheureux, de leurs passeports ; la restitution de l'argent aux demandeurs de visa n'ayant pas obtenu le visa ; la transparence de l'ambassade en informant les candidats mis sur liste rouge, ou n'ayant aucune chance d'obtenir le visa...au lieu de prendre leur argent tout en sachant qu'ils ne sont pas éligibles ; la réduction des délais de traitement des dossiers pour le regroupement familial ; l'institution du visa pour les ressortissants de tous les pays qui demandent le visa aux Sénégalais. »


Le nombre de victimes de cette « mafia » française au Sénégal étant de plus en plus croissante, le FRAPP invite chaque personne intéressée, à se joindre à cette manifestation, pour exiger du respect et de la considération de la part de l’ambassade de France : « Le FRAPP encourage la libération de la parole des victimes de la mafia des visas de l'ambassade de France au Sénégal », conclut le communiqué.


Cette annonce de manifestation devant l’ambassade de France au Sénégal est la deuxième au courant de cette année 2022. Une autre avait été lancée pour le 15 mai dernier. Malheureusement, elle avait avorté. Et pour cause, la Préfecture de Dakar avait interdit cette manifestation. Ce sit-in avait été lancé « à l’initiative d’une association » se plaignant des lenteurs dans le traitement des dossiers pour le regroupement familial.


Suite à l’échec de ce mouvement, une manifestante était revenue sur les circonstances de la dispersion de ce sit-in : « Nous avons été interpellés par les policiers. Nous étions venus devant l’ambassade de France pour dénoncer la lenteur dans le traitement des dossiers de regroupement familial. Ça fait 8 mois et même plus que nous attendons mais rien ne bouge. Ce matin, à notre grande surprise, la police est venue pour nous empêcher de tenir cette manifestation tout en nous signifiant qu’elle n’est pas autorisée ». La manifestation de ce 13 octobre pourrait donc subir le même sort.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page