top of page

Lutte contre le terrorisme: les nouvelles autorités Burkinabé veulent s’inspirer de l’exemple malien



Pour son premier déplacement à l'étranger, le capitaine Ibrahim Traoré, récemment désigné président de la transition au Burkina Faso, a rencontré ce mercredi 02 novembre 2022, à Bamako son homologue malien Assimi Goita, qui est venu personnellement l'accueillir à sa descente d'avion, pour une «visite d'amitié et de travail ». Les deux présidents ont eu un tête-tête, suivi d’une séance de travail avec leurs délégations. Selon la direction de la Communication de la présidence du Faso, « le renforcement de la coopération surtout dans la lutte contre le terrorisme figure au menu des échanges. ».



Accompagné du nouveau Ministre d’Etat, Ministre de la Défense et des Anciens combattants, le Colonel-major Kassoum Coulibaly et du Chef d’état-major général des armées, le Colonel-major David Kabré, le Président Traoré a eu droit aux honneurs militaires dus à son rang, sur le tarmac de l'aéroport de Bamako, avant de se diriger, en compagnie d’Assimi Goita, vers le palais de Koulouba.


Selon le ministère malien des Affaires étrangères, cette visite est consacrée aux « questions sécuritaires qui préoccupent les deux pays », selon les précisions de la présidence burkinabè. « Renforcer l'axe Ouagadougou-Bamako », « intensifier la lutte armée contre les groupes terroristes », « mutualiser les moyens de combats », sont sans doute les objectifs visés.


Les deux pays partagent une frontière commune et font face aux mêmes groupes djihadistes et bandes armées. L'idée serait d’abord de rendre plus efficace la procédure d’échange d’informations. Ensuite, il s'agirait de mieux coordonner les actions entre les armées malienne et burkinabè. Du côté de la délégation du Burkina, le sort des nombreux civils burkinabé désormais réfugiés sur le territoire malien, est une autre grande préoccupation.


Investi président de la transition burkinabè le 21 octobre, après le coup d'État du 30 septembre, le second en huit mois dans le pays, le capitaine Ibrahim Traoré qui a déjà montré des signes de rapprochement avec les nouvelles stratégies implémentées au Mali par le colonel Assimi Goïta, qui pourraient servir de modèle pour les nouvelles autorités burkinabè.


Au Burkina par ailleurs, les populations exigent régulièrement le départ de la force française Barkhane et demandent l'arrivée de supplétifs russes qui appuient l'armée malienne depuis près d'un an et dont le soutien à la lutte des FAMA, contre le terrorisme est positivement apprécié.


Il ne fait donc plus l’ombre d’aucun doute que le Burkina et le Mali partagerait la même vision géopolitique. Depuis l’arrivée du capitaine Ibrahim Traoré au pouvoir, lors des rassemblements de soutien, les drapeaux burkinabè côtoient régulièrement les drapeaux maliens et russes.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page