Livraison des armes aux rebelles centrafricains : la France au banc des accusés



Un mouvement rebelle est une organisation clandestine, un groupe de pression à caractère militaire mais d'objectif politique qui revendique le pouvoir, les possessions territoriales dans lesquelles ils fondent leur légitimité. Pour se maintenir et opérer en tant que mouvements rebelles, la détention des armes et des munitions demeure la condition première. Et la sempiternelle question revient et reviendra toujours aux lèvres : qui arme les rebelles Centrafricains, comment et pourquoi ?


D'où proviennent les armes, munitions et véhicules aux rebelles Centrafricains.


L'instabilité et l'insécurité sociales en République centrafricaine(RCA) sont séculaires. Depuis les indépendances des pays francophones en 1960, la RCA n'a jamais eu de répit. Les multiples changements d'hommes à la tête de l'État n'ont pas changé la situation qui s'est à contrario détériorée d'années en années. Aujourd'hui, 14 (quatorze) mouvements rebelles opèrent depuis plus d'une décennie et sont en forte demande d'institutionnalisation pouvons-nous dire ! Pointée du doigt accusateur de soutient logistiques a certains groupes rebelles, la France n'offre pas d'arguments contraires.


** Primo, elle a offert à la République centrafricaine, un chapelet d'opérations militaires:

Opération militaire CABAN

Opération militaire Almandin

Opération militaire Barracuda.

Opération militaire Sangaris


** Secundo, elle commande un dispositif militaire à l'aéroport de BANGUI.


A la fin de chaque opération, la France a sagement laissé sur le sol Centrafricain un dispositif chargé de protéger ses ressortissants et les populations locales. Ce dispositif comprend des éléments locaux constitués en mouvement rebelle avec un Chef de guerre. A la faveur des prospections géologiques effectuées sur le sol Centrafricain, la France les stationne dans des zones exclusivement riches et minerais d'uranium, de fer, de diamant et de manganèse. En leur acheminant de façon héliportée ou larguée le matériel d'exploitation, les armes de guerre y sont enfouies en même temps que les munitions.


Le transport terrestre des armes est assuré par des véhicules sous couvert des Organisations Non Gouvernementales, du Programme alimentaire Mondial (PAM) ou tout simplement sous coupe onusienne. Les armes de guerre sont parfois l'objet de contrebande avec la porosité des frontières Centrafricaines avec les foyers de tension qu'ont constitué le Darfour, le Tchad et la République Démocratique du Congo.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine