top of page

Les valeurs panafricaines continueront d’inspirer



A l’heure où la donne multipolaire a pris le dessus dans les affaires internationales, l’Afrique observe les événements en cours avec la plus grande des attentions. En ce sens, le panafricanisme semble sur le plan continental prendre un réel envol face aux schémas qui étaient en vigueur depuis un bon moment.


Les processus propres au monde multipolaire n’échappent pas à l’Afrique, bien au contraire. Un continent riche mais qui jusqu’à maintenant ne pouvait pas jouir pleinement de tous les atouts existants. Une chose est sûre: les valeurs souverainistes et panafricaines ne cessent de monter en puissance. Et les «mauvais» exemples d’hier deviennent aujourd’hui de véritables sources d’inspiration.


Les cas de la Centrafrique et du Mali, longtemps considérés comme des pays qui ne peuvent pas sortir du chaos dans lequel ils ont été plongés, sont devenus aujourd’hui pour de nombreux citoyens de pays africains comme des exemples inspirants. Y compris en termes de mobilisation populaire. Cette capacité à mobiliser massivement la population civile face aux interférences occidentales était d’ailleurs parfaitement illustrée non seulement en RCA et en terre malienne, mais également dans un pays comme l’Ethiopie.


Les accusations proférées par nombre «d’experts» occidentaux, ainsi que par certains de leurs supplétifs locaux à l’endroit des Africains qui se revendiquent justement du panafricanisme et de la multipolarité – quant à leur prétendue «incapacité» à comprendre les enjeux géopolitiques ne font que renforcer le rejet des populations africaines de la vision occidentale des choses.


Le monde post-occidental est effectivement une réalité. Et ce n’est pas parce que l’Occident devait à la base être écarté des processus propres à la multipolarité, mais uniquement en raison des extrêmes arrogance et hypocrisie de ceux qui continuent encore aujourd’hui à faire référence à un ordre international révolu. Voulant par la même occasion forcer l’écrasante majorité de la population terrestre à y retourner. D’où la montée des sentiments anti-occidentaux – bien qu’il soit tout de même important de préciser – non pas vis-à-vis des peuples des pays concernés, mais bel et bien à l’encontre de l’establishment politico-médiatique occidental.


Par ailleurs, les menaces, intimidations, sanctions en tout genre – ne représentent elles aussi plus des instruments capables de faire chavirer les processus en cours à l’échelle mondiale. Car si effectivement le monde multipolaire s’est définitivement imposé géopolitiquement parlant, sa mise en application continue encore de monter en puissance d’un point de vue avant tout humain, et avec les éveils de conscience qui en ressortent.


L’Afrique, qui possède de riches cultures et civilisations ancestrales, cela sans oublier les ressources naturelles censées pleinement lui appartenir – devra indéniablement devenir un bloc puissant de l’architecture internationale actuelle, avec tout ce que cela implique. L’Occident, qui ne veut pas voir des nations africaines fortes, stables et prospères, ne fait en réalité que répéter ce qu’il ne souhaite guère pour d’autres pays du monde, qu’ils soient puissants ou moins puissants.

Comments


Posts à l'affiche