top of page

Le mercure est interdit au Cameroun : Un Plan d’Action Nationale est en cours d’élaboration.



L'utilisation du mercure est une source de pollution de l'environnement avec des effets néfastes sur la santé humaine. L'article 7 de la Convention de Minamata invite alors les parties prenantes à prendre des mesures pour réduire et si possible, éliminer l’utilisation de ce métal lourd et extrêmement toxique.


Sous l'impulsion de l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) et le financement du Fonds Mondial pour l’Environnement (FEM), le Cameroun a mis un point d'encrage sur l'élaboration d'un Plan d'Action Nationale (NAP) dans le secteur de l'Extraction Minière Artisanale et à Petite Echelle (EMAPE) de l'or. C'était à la faveur de la première session du Comité de pilotage organisée par le MINEPDED du 2 au 3 septembre 2021 à Mbankomo au Cameroun.


À en croire le point focal Minamata en la personne de Mme BODO Mereng Éliane Marina Sous-directeur des Normes, des Agréments et des Visas, l'EMAPE de l’or a été identifiée comme source majeure de pollution au mercure. Il revient au Cameroun ajoute-t-elle encore, « d'évaluer les capacités nationales en matière de santé publique, d'effectuer une collecte des données des populations intoxiquées ou exposées, faire une analyse de la situation de l'utilisation du mercure dans le secteur de l'EMAPE de l'or, développer des stratégies de communication et sensibilisation en la matière, et enfin formaliser des méthodes durables face à ce polluant ». Ce deadline est la quintessence de ce qui requiert du projet d'élaboration du NAP couvrant les localités de l'Est et de l’Adamaoua, sur la période de juin 2021 à mai 2023 et financé par le FEM à hauteur de 546.500$.



De la limitation de la toxicité du mercure à la santé humaine, les porteurs d'enjeux réunis à cette session ont travaillé en groupe sur les différents mandats des parties prenantes qui s'articulent autour de :

- Réduction et élimination de l'utilisation du mercure dans le secteur de l'EMAPE de l’or ;

- Prévention de l'exposition des personnes vulnérables ;

- Formalisation du secteur de l'EMAPE de l’or et maîtrise des circuits d'approvisionnement ;

- Communication et sensibilisation sur les mesures d'élimination et alternatives au mercure ;

- Implication d'autres parties prenantes dans la mise en œuvre du NAP.


Le curseur est alors mis sur la stratégie nationale de santé publique exposée par le MINSANTE, le projet de surveillance environnementale et minière de la Direction des Mines et de la Géologie, qui a livré ses méthodes de cartographie des sources d'exposition et de rejet du mercure. Le MINMIDT dans le même sillage, a également fait état de la situation de l'orpaillage au Cameroun avec en perspective, un synopsis sur l'utilisation du mercure dans les sites de l’EMAPE de l'or.


En adoptant la Convention de Minamata sur le mercure, les parties prenantes s'accordent sur le fait que la fabrication, l'importation et l'exportation des produits contenant du mercure soient interdites, jusqu'à la mise en place des solutions alternatives. À travers la création de la SONAMINES, le gouvernement camerounais entend inscrire les principes du développement durable dans tout le secteur minier.



TECLAIRE BIGERTH

Journaliste Environnemental

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page