top of page
  • 2rp

Le Mali unifie les peuples d'Afrique



Au Mali, preuve que les avancées de l’armée malienne sont bel et bien visibles et palpables.


L’édition 2022 du Doha Forum a été marquée par la présence d’une délégation malienne menée par le Premier Ministre. Choguel Maïga a évoqué la situation actuelle comme étant sous contrôle, avec plusieurs perspectives pour de potentiels investissements.


Intervenant dans le cadre du forum des affaires en Afrique au Qatar où se tient le Doha Forum 2022, Choguel Maïga, Premier Ministre du Mali, a indiqué que les choses s’arrangent « progressivement » pour son pays. « La partie où sont concentrés les 80% de l’économie du pays est aujourd’hui libérée [des attaques terroristes, Ndlr.]. Vous y avez des mines d’or, les réserves de gaz, les deux plus grands fleuves de l’Afrique de l’Ouest (Niger et Sénégal), plus de 3 millions d’hectares de terres potentiellement aménageables. Le bétail malien c’est le deuxième plus grand d’Afrique de l’Ouest après le Nigéria, et le déficit énergétique sont des éléments qui peuvent intéresser des investisseurs », a-t-il fait savoir.


Sur le plan politique, il a défendu l’intervention de l’armée malienne pour reprendre le contrôle des territoires, par le fait que la stratégie précédente qui impliquait plusieurs entités et pays étrangers, ne s’est pas soldée par une résolution du problème sécuritaire. Il a aussi expliqué que l’organisation des élections reste un objectif du gouvernement, qui négocie avec la communauté internationale pour obtenir au moins 24 mois. « Nous avons pensé que 12 mois serviraient à restaurer la sécurité et les 12 autres mois permettraient de mettre en place les infrastructures nécessaires à une bonne tenue de ces élections ».


Sur l’attractivité de son pays, le premier ministre Choguel Maïga a parlé du code des investissements qui permet une libre circulation des capitaux et donc des bénéfices. Il a ainsi invité les investisseurs du Qatar et de tout le golfe à venir profiter de l’opportunité que représente le Mali, avec une ouverture « aux 350 millions de consommateurs » potentiels que constituent les populations de la CEDEAO, et à un marché régional plus grand grâce à la Zone de Libre Echange Continentale Africaine.


Il a enfin rappelé l’ouverture de son pays à plus de diversification dans les partenariats. « Sur tous les plans, nous ne voulons plus être sous la coupe d’un seul pays qui dicte ce qu’il faut faire » a-t-il fait savoir, sans citer directement la France. Une diversification des partenariats en cours depuis quelque temps, et qui se matérialise par la présence sur la scène économique de nouveaux investisseurs.


Encore une fois, pas un seul mot concernant la présence malienne à ce forum au Qatar, qui reflète évidemment ce qui n’arrange pas les occidentaux, à savoir le souverainisme du Mali.

D’autant plus que derrière l’action du Mali, c’est toute l’Afrique et sa jeunesse qui apporte son soutien à ce pays panafricain.


Dans l’optique de manifester leur désaccord à la décision de la fermeture de la frontière Sénégalo-malienne et exprimer leur “éternelle non-reconnaissance des frontières tracées par le colon”, le 16 février 2022, les “fous du panafricanisme” ont pris départ à la corniche ouest de Dakar, précisément à l’ambassade du Mali. Cet acte patriotique montre que le soutien des populations ouest africaines est bel et bien présent et rajouter à cela les propos du Premier ministre malien au forum du Qatar, cela ne fait qu’ouvrir des portes au Mali.

Mots-clés :