top of page

Le Gabonais Fayrise Mouckala Koumba publie l'ouvrage "Les Bouffées silencieuses"



Un essai pertinent sur le bonheur et l’amour, les clés d’une existence épanouie


La peur, l’espoir, la colère, l’histoire, les rumeurs et les rancœurs sont autant de courants qui, telles de néfastes sirènes, poussent l’humanité vers le doute et l’égarement. Comment résister à ces bouffées silencieuses qui nous agitent ? Quelle force invoquer pour vivre, seulement vivre, heureux et comblé ? L’amour, le seul, le vrai. Lumière dans les ténèbres, seul lui peut conduire au bonheur, individuel comme collectif, seul lui peut étouffer les injustices et enchanter l’existence…


Dans cet essai inspiré et documenté, Fayrise Mouckala Koumba s’interroge sur les multiples aspirations, influences ou interactions qui régissent le genre humain, et propose des pistes de réflexion pour améliorer le quotidien de chacun.


L’AUTEUR – Fayrise Mouckala Koumba


Né à Libreville il y a quarante ans, Fayrise Mouckala Koumba est juriste de formation. Il travaille actuellement au service du ministère de l’Économie et de la Finance gabonais. Les Bouffées silencieuses est son premier ouvrage.



EXTRAIT


Rien dans la vie ne nous prédispose à ce que nous sommes nous-mêmes : des mythes à légitimer. La raison et ses tas de justifications gèrent l’autre partie de la question. La question elle-même est un pas silencieux vers des bouffées verveuses mais sans prétentions. Je ne suis pas si fort. J’ai une telle soif de vous tous autour de moi ! Ça m’écrase la poitrine. Ça me fend en deux. Mais maintenant, je sais que ça ne suffit pas pour espérer le monde comme je l’entends. La vie ne demande pas de prix à payer. La vie nous transforme. Elle transforme aussi bien les fonds que les airs. Alors, en ses gestes subtiles, les airs se condensent : un mur est soudain dressé là, devant toi. Il faut le gravir pour voir la vie suivante où, si tu n’y arrives pas, mourir dans la vie des autres, incapable de t’accorder une vie de soleil



Comments


Posts à l'affiche
bottom of page