top of page
  • 2rp

La Sonangol angolaise sur la voie de la privatisation partielle et de la réorientation de sa mission

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l'énergie (https://energychamber.org/)

L'industrie pétrolière est l'un des piliers de l'économie angolaise, représentant plus d'un tiers du PIB du pays et plus de 90 % de ses exportations. Elle génère également environ 70 % des recettes budgétaires totales du gouvernement et constitue la principale source d'investissements directs étrangers (IDE).


En outre, son importance n'est pas près de diminuer. Les niveaux de production de pétrole brut de l'Angola ont tendance à baisser depuis un certain temps en raison de la maturation des champs existants, mais le pays extrayait encore plus de 1,1 million de barils par jour (bpj) en mai 2023, et il encourage les investisseurs étrangers à rechercher de nouvelles réserves dans les sections inexploitées de sa zone offshore. En outre, l'Angola s'intéresse de plus près à ses ressources en gaz naturel et en gaz associé et s'efforce d'augmenter sa production afin de tirer parti de l'augmentation de la demande, en particulier en Europe.


C'est dans ce genre de circonstances que le nationalisme des ressources - une approche politique selon laquelle les gouvernements, agissant au nom de leurs électeurs, affirment et conservent le contrôle des ressources naturelles plutôt que de permettre aux entités du secteur privé de devenir des parties prenantes à part entière - devient attrayant. Mais l'Angola n'a pas succombé à cette tentation. Au contraire, son gouvernement, sous la direction du président João Lourenço, poursuit un remarquable programme de réforme conçue pour permettre à Sonangol, la compagnie pétrolière nationale (NOC), de représenter les intérêts locaux tout en travaillant en coopération avec des investisseurs extérieurs.



Première étape : Réorienter la mission de Sonangol


Le gouvernement a commencé à jeter les bases de ces réformes en 2019, pendant le premier mandat de M. Lourenço. En février de cette année-là, le président a signé un décret établissant l'Agence nationale pour le pétrole, le gaz et les biocarburants (ANPG). Le décret stipulait que l'ANPG agirait en tant que concessionnaire du pays pour les projets pétroliers et gaziers, rendant ainsi la nouvelle agence uniquement responsable de la réglementation, de la supervision et du contrôle des activités liées à l'exploration et à la production de pétrole et de gaz.


Ce faisant, elle a dépouillé Sonangol de cette fonction. La société avait auparavant servi de concessionnaire national tout en agissant en tant que partenaire ou actionnaire dans des projets d'exploitation du pétrole et du gaz. Cependant, une fois que l'ANPG a repris le rôle de concessionnaire, elle n'a plus été responsable des tâches réglementaires et a pu se concentrer sur les questions opérationnelles.


Il est vrai que la NOC prenait déjà des mesures dans ce sens. Depuis le milieu de l'année 2017, elle s'emploie à céder les unités non essentielles, c'est-à-dire les filiales axées sur d'autres types d'activités économiques, telles que la finance, l'immobilier, les voyages et les services de restauration. Mais c'est la création de la nouvelle agence qui a véritablement ouvert la voie à un fonctionnement de Sonangol plus proche de celui d'une compagnie pétrolière et moins proche de celui d'une bureaucratie gouvernementale.



Prochaine étape : Privatisation partielle


Il n'est donc pas étonnant que l'administration Lourenço soit allée plus loin. En septembre 2021, Diamantino Azevedo, ministre angolais des ressources minérales, du pétrole et du gaz, a annoncé que Sonangol se préparait à une introduction en bourse (IPO), un événement qui permettrait à des investisseurs extérieurs de devenir actionnaires de la société.


Cette annonce n'a pas été immédiatement suivie d'une cotation en bourse. Au lieu de cela, la NOC a travaillé à la formulation d'un plan concret de privatisation partielle et, en septembre 2022, peu après l'élection de Lourenço à un second mandat présidentiel, le gouvernement a commencé à dévoiler sa nouvelle feuille de route.


Au départ, cette feuille de route était incomplète. Elle prévoyait la vente de jusqu'à 30 % des actions de Sonangol, mais ne précisait pas exactement comment ce processus se déroulerait. En d'autres termes, elle ne précisait pas quand et à quelles conditions les actions pourraient être proposées aux acheteurs potentiels.


Depuis septembre dernier, cependant, le gouvernement angolais a clarifié ses intentions. Il a déclaré que l'introduction en bourse n'aurait lieu que lorsque Sonangol aurait atteint un certain nombre d'objectifs clés. En novembre 2022, Sebastião Gaspar Martins, président-directeur général de la société, a énuméré les exigences suivantes :

  • Porter à 10 % la part de la production totale de pétrole et de gaz provenant des champs exploités par Sonangol.

  • Augmenter la capacité de raffinage nationale afin de réduire la dépendance du pays à l'égard des combustibles importés.

  • Développer et construire au moins une usine pétrochimique

  • Étendre et monétiser les réseaux de distribution et de commercialisation des carburants, ainsi que les réseaux logistiques

  • Augmenter la capacité de stockage des produits pétroliers sur le territoire national

  • Réduire les émissions de dioxyde de carbone d'au moins 20 % dans les opérations d'exploration, de production