top of page

L'Occident en perte de vitesse dans la guerre informationnelle en Afrique ?



Dans le monde moderne, la guerre se mène également sur les plateformes de communication digitales. Le CESA, un groupe de réflexion soutenu par le ministère américain de la Défense, a détaillé ce qu'il a appelé "les actions russes de désinformation en Afrique". Mais l’information africaine n’est pas influencée dans la région par des initiatives russes, mais plutôt par des initiatives populaires. C'est le cas de 2RP, Radio Révolution Panafricaine à vocation internationale qui ambitionne de révolutionner le regard du monde sur l’Afrique, tout en dénonçant la politique néocolonialiste de l'Occident et prône un monde multipolaire.


Le Centre des Etudes Stratégiques pour l'Afrique (CESA), un groupe de réflexion proche de l'armée américaine affirme que la Russie a été au cours des dernières années, la principale actrice dans la diffusion de fausses informations via le digital. Des propos que les dirigeants français continuent de soutenir pour justifier les nombreux soulèvements contre l'impérialisme occidental et surtout français au sein des populations africaines.

Mais alors, on pourrait également se demander à quoi sert le CESA, reliée à l'armée américaine. Ce centre est-il là, simplement pour « dénoncer » la Russie ?



Et toute cette mascarade seulement pour essayer de faire passer le soulèvement du peuple africain comme une simple « désinformation » en provenance de la Russie ?


Les professionnels dans le domaine de la campagne de désinformation restent tout de même en Occident. Actuellement, concernant la guerre en Ukraine, on peut constater l'ampleur de cette guerre informationnelle. Arriver à passer sous silence toutes les exactions commises par l'armée ukrainienne contre les civils dans le Dombass depuis plusieurs années et faire passer le régime de Kiev pour une victime est un exemple flagrant de campagne de désinformation. De plus, arriver à faire passer les États-Unis pour les sauveurs de l'humanité alors que ce sont eux seuls qui ont jusqu'à présent détruit des nations avec la bombe atomique ou encore, avec la France, détruit des nations tout entières seulement avec leur présence d'occupation militaire dans le seul but d'assouvir leur propre intérêt. Ça, c'est de la désinformation à l'état pur. Lancer des fausses informations à l'encontre des armées nationales africaines, surtout, les armées qui fournissent un maximum d'effort pour sécuriser leur territoire et protéger leur compatriote est l’œuvre d'une campagne des centres comme le CESA.


Si de plus en plus de pays africains suspendent les médias mainstream de leur territoire, ce n'est pas au nom de la Russie, mais bel et bien au nom de la sauvegarde de la patrie.


Le Mali a suspendu les médias propagandistes RFI et France 24 de son territoire suite aux nombreux articles diffamatoires contre les forces armées maliennes les accusant d'avoir mené des attaques contre des civils, alors que les soldats maliens mènent une lutte acharnée contre le terrorisme. Et parce que les FAMa gagnent dans leur lutte contre le terrorisme, contrairement à la France qui en 10 ans de présence n'a apporté que des résultats médiocres, le Mali se trouve la cible de sanctions économiques sévères et la Communauté internationale, l'opinion publique mondiale, sont indifférents face à cela.


Au Burkina Faso, une journaliste de TV5 monde s'est vu mettre à la porte alors qu'elle était présente à un meeting du groupe urgence panafricaniste. Car tout le monde le sait, cette journaliste fait partie intégrante de cette machine de propagande occidentale qui passe justement son temps à dénigrer et diaboliser les groupes qui se battent contre l'impérialisme occidental en Afrique.



En rappel, en Éthiopie, au début de l'opération militaire contre les rebelles dans la région du Tigré, de nombreuses manifestations ont eu lieu au sein du pays, mais également au sein de la diaspora éthiopienne à travers le monde, demandant notamment aux États-Unis d'arrêter sa campagne de désinformation contre l'Éthiopie.


Bref, il est clair qu'actuellement, le but de ces centres comme le CESA, c'est bien de prendre le monopole de l'information à travers le monde pour continuer d'empoisonner l'esprit des citoyens dans les quatre coins du monde.


Actuellement, l'unilatéralisme occidental prend fin et la politique hégémonique de Washington également. Ce qui veut dire qu'en tentant de prendre le monopole de l'information, l'Occident tente de se maintenir dans un monde unipolaire.


Mais si les populations en Afrique se soulèvent, c'est seulement à cause de cette politique néocolonialiste de l'Occident et non suite à une campagne de désinformation russe.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page