top of page

L’hygiène bucco-dentaire est au cœur des débats de la transition écologique


Soins bucco-dentaires © Photo Kmaa production


Pour garder une bonne hygiène bucco-dentaire, les dentistes conseillent aux populations d’éviter les sucreries, les boissons et les aliments trop froids ou trop chaudes, de brosser quotidiennement les dents, d’utiliser le fil dentaire, détartrer les dents et consulter un dentiste au moins une fois par an. Lorsque la Carie s'installe, les praticiens disent que c’est une mesure d’hygiène bucco-dentaire que de former un matériau appelé amalgame dentaire permettant d’obturer ou combler la cavité malade.


Mais en quoi L’hygiène bucco-dentaire concerne la transition écologique ?


L’amalgame dentaire, encore appelé « plomber la dent » est un alliage quaternaire composé d’environ 50% de poudre (argent, étain, cuivre) et de 50% de mercure. Ce mercure n’est rien d’autre qu’un métal lourd, certes naturel, mais hautement toxique. Dans le plan de surveillance environnementale et minière de la Direction des Mines et de la Géologie du Cameroun, la dentisterie avec l’utilisation de l’amalgame dentaire est l’une des sources d'exposition et de rejet du mercure. L'article 7 de la Convention de Minamata stipule que le mercure est une source de pollution de l'environnement avec des effets néfastes sur la santé humaine.


Dr BOUETOU en séance d’obturation de la cavité dentaire. © Photo Kmaa production


Dr Thérèse BOUETOU, dentiste à l’hôpital Baptist Convention à Etoug-Ebé Yaoundé, nous confie qu’avant de passer en 2007 aux alternatives comme la résine composite et le ciment verre à ionomètre, leur cabinet dentaire a eu à utiliser l’amalgame dentaire. l'équipe en salle de soins observait comment cela se déversait au sol, mais incapable de pouvoir contrôler son élimination restreint parmi les déchets hospitaliers. Justement, précise-t-elle encore, « lorsque nous utilisions le mercure, en préparant l’amalgame, ça tombait parfois au sol en formant des petites bulles (gouttes), ce qui devenait difficile pour le service d'entretien de nettoyer. Ce déversement n’était pas de bon pour nous le personnel, encore moins pour le patient qui va après les soins, mastiquer les aliments avec cet alliage de métaux lourds. À l'université pendant notre formation, on était déjà informé sur les dangers (toxicité) du mercure, même si certains s’interrogeaient si le mercure était vraiment toxique. Mais les réunions de sensibilisation avec le ministère de l’environnement nous confirment aujourd’hui que la dangerosité des amalgames dentaires est avérée ».

Point focal minamata Burkina Faso. Source: lefaso.net


Paul GUIGUEMDE, conseiller technique au Ministère de l'environnement confie à faso.net que « Cette situation soulève l'inquiétude générale quand on sait que le mercure présente une série d'effets graves sur la santé et est particulièrement nocif pour le système nerveux, la thyroïde, les reins, les poumons, le système immunitaire, les yeux, les gencives et la peau. Il peut entraîner des pertes de mémoire ou des troubles du langage, et les dommages qu'il cause au cerveau sont irréversibles. Surtout qu’il n'existe pas de niveau d'exposition au mercure élémentaire qui soit sans risque pour le corps humain, des effets pouvant être constatés même à de très faibles concentrations. Les fœtus, les nouveau-nés et les enfants sont parmi les plus vulnérables et les plus sensibles aux effets nocifs du mercure. Le mercure se transmet en effet de la mère à l'enfant, par transfert placentaire puis via le lait maternel ».


Quelles mesures dispose-t-on pour les amalgames dentaires ?


Au vue des impacts négatifs causés par le mercure sur la santé humaine et l’environnement, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a décidé d’élaborer un instrument juridiquement contraignant. L’adoption des textes a donné lieu à la signature à partir du 10 Octobre 2013, lors des assises plénipotentiaires tenues au Japon, dont chaque pays signataire est tenu d’élaborer un plan de mise en œuvre. L’an dernier, la 4ème Conférence des Parties (COP4) sur le mercure demande d’interdire définitivement les amalgames dentaires. Conscients de la complémentarité entre les conventions, instruments internationaux de règlementation de l’environnement, les 137 pays Parties à la Convention de Minamata sur le mercure gardent à l’esprit que l’utilisation intensive du mercure dans l’exploitation artisanale et à petite échelle de l’or a accéléré le commerce international du mercure, y compris le commerce illégal, qui a augmenté au cours de la dernière décennie, comme le montrent certains rapports internationaux tels que Global Mercury Supply, Trade and Demande et commerce illégal de produits chimiques.


La délégation conduite par le Ministère de la santé publique et le Ministère de l'environnement de la protection de la nature et du développement durable avait pour mission de réaffirmer l’engagement du Cameroun sur sa ratification de la Convention de minamata en 2018, ainsi qu’à faire des propositions des réalités locale sur les dispositions de la convention en matières d’amalgames dentaires. Dans sa démarche d'élaboration du Plan d’Action National entrepris depuis juin 2021, l’équipe de Mme BODO Mereng Éliane, point focal minamata du Cameroun a produit un Rapport de l’évaluation des capacités nationales en matière de santé publique. Ce rapport révèle que les amalgames dentaires sont encore usuels au Cameroun, mais que des efforts progressent quant aux alternatives sur les amalgames dentaires dans les cabinets dentaires inscrits dans l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes.

Affiche de sensibilisation du Minepded, 2019, ©Photo Kmaa production



Fort heureusement, à l’issu de la rencontre tenue en Indonésie en mars 2022, il est recommandé à tous les dentistes d’exclure, ne pas permettre ou de déconseiller l’utilisation d’amalgames dentaires sur les dents de lait, les patients de moins de 15 ans, les femmes enceintes et allaitantes. D’utiliser de préférence le mercure sous forme pré-dosée ou encapsulée par les soignants et praticiens des dents. Ces expériences des nouvelles résolutions seront encore sur la table des négociations à Genève en octobre prochain. La 5ème session de la Conférence des Parties (COP5) sur le mercure se réunira à Genève en Suisse, du 30 octobre au 3 novembre 2023, sous la présidence roumaine. Selon les experts réunis à la 4ème édition Cop4, l’amalgame dentaire est la plus grande source d’exposition des êtres humains au mercure. Mais comment une telle dangerosité est traitée avec un caractère facultatif ?


La société civile clame justice


Dominique Bally KPOKRO, Président du CASE. Photo Abidjan.netTV


Les organisations de la société civile (OSC) africaines ont élaboré un document appelé «Plan d'Abidjan» en 2015 et établi le 16 octobre comme Journée Africaine de la dentisterie sans mercure. Elle est célébrée sous le parrainage de l’Alliance Mondiale pour une Dentisterie Sans Mercure et le Centre Africain pour la Santé Environnementale (CASE). A en croire Dominique Bally KPOKRO, le 5 octobre dernier, le Centre Africain pour la Santé Environnementale a écrit à la Commission européenne pour exiger la fin du commerce des amalgames dentaires, avec la signature de 24 dirigeants d’ONG du continent. Le président de cette organisation de la société civile africaine (CASE) pense c’est moralement injuste d’exploiter les faiblesses règlementaires des pays pauvres pour leurs inonder des produits reconnus comme nocifs. Il s’inquiète de la prochaine destination des amalgames dentaires qu’on n’utilise plus ailleurs, au regard de la porosité des frontières africaines avec les produits hors services des pays occidentaux.


Pour KUEPOUO Gilbert, Ph.D, Coordinateur du Centre de Recherche et d’Education pour le Développement, "Nous demandons au Cameroun et aux autres pays d’Afrique, de prendre la décision courageuse d'interdire radicalement l'utilisation d'amalgame dans les dents de lait. En comparaison aux autres, l'Afrique est le continent qui utilise moins d’amalgames, environ 10% de la consommation mondiale annuelle de mercure et contribue à 260-340 tonnes de pollution par le mercure dans le monde chaque année. Nous sommes plus près de la ligne d'arrivée que tout autre continent". Selon cet acteur de la société civile, des études récentes en Côte d'Ivoire, au Cameroun et en Tunisie montrent que, déjà, près de 30% des dentistes utilisent des alternatives sans mercure dans les soins dentaires, elles sont de qualité supérieure, disponibles et abordables pour la majeure partie des patients.



Téclaire BIGERTH

Journaliste environnementale

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page