top of page

Felix Tshisekedi recadre Emmanuel Macron aux yeux du monde et fait honneur aux africains.



La visite du Président français Emmanuel Macron en République Démocratique du Congo (RDC) a été marqué par un échange tendu entre les deux présidents. Occasion pour Felix Tshisekedi de mettre un stop sur l’attitude condescendante et paternaliste de l’élite occidentale en général et des dirigeants français en particulier.


La tournée de Emmanuel Macron qui était pourtant placée sous le signe d’un « nouveau partenariat » avec l’Afrique, a été l’occasion pour le Président Felix Tshisekedi qui a pris un malin plaisir à remonter les bretelles du dirigeant français dans son élan de reconquête du continent.



« Regardez-nous autrement, en nous considérant comme des partenaires et non avec un regard paternaliste », a lancé Tshisekedi à Macron lors de la conférence de presse conjointe.


La RDC se prépare à de nouvelles élections dans des conditions difficiles à cause de la rébellion du M23 dans l’Est du pays. en raison du nombre important de déplacés congolais du fait du conflit avec le Rwanda voisin, le président a clairement montré qu’il n’a point oublié les paroles de l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui avait qualifié l’élection de Félix Tshisekedi de «compromis à l’africaine» en janvier 2018.



A cet effet, le président congolais n’a pas manqué de recadrer Emmanuel Macron sur la question. Quand il y a des irrégularités dans les élections aux Etats unis, on ne parle pas de « compromis à l’américaine » et quand en France, on avait fait voter des électeurs décédés lors de la présidentielle, personne n’a parlé de « compromis à la française »,mais pour l’Afrique on se permet ce genre de réflexions, a-t-il souligné.


Acculé, le président français a été forcé de reconnaître la tournure que prend aujourd’hui la coopération avec l’Afrique. «on part d’un nouveau pas !», En tout cas, il a intérêt, comme l’a bien averti le président congolais.


«Si la France veut être aujourd’hui en compétition avec tous les autres partenaires de l’Afrique, elle doit se mettre au diapason de la politique africaine et de la manière dont les peuples africains regardent désormais les partenaires de coopération», a-t-il reconnu.


Le ton est désormais donné. L’Afrique reprend les cartes en main !



Comments


Posts à l'affiche
bottom of page