top of page

Evguéni Prigojine s’exprime sur la cabale médiatique orchestrée par les Occidentaux contre Wagner



Depuis le 24 février 2022, la Fédération de Russie a engagé une vaste opération militaire en direction de son voisin ukrainien fortement soutenu par l’Occident. En effet, la guerre qui sévit désormais sur le continent européen est au centre des préoccupations de l’opinion publique internationale en général et africaine en particulier. Entre sanctions et acharnements contre la Russie, aide de l’OTAN à l’Etat ukrainien, répercussions économiques et cabales médiatiques, Evguéni Prigojine, alors fondateur du groupe Wagner, une organisation fortement active en Afrique et dans le monde, a accordé un entretien exclusif à la chaîne de télévision panafricaine Afrique Media ce vendredi 4 mai 2023, au cours duquel le patron de la plus puissante élite militaire au monde a rompu le silence sur les multiples agressions verbales des médias occidentaux au sujet des actions de son organisation.

Crée en 2014 pendant les échauffourées dans le Donbass en Ukraine où les milliers de russes étaient molestés, le groupe Wagner est un groupe exclusivement formé de soldats russes qui ont décidé de créer une force spéciale, avec des objectifs bien définis. Pour Evgueni Prigogine, Wagner qui est aujourd'hui la cible de l'occident, est arrivé en Afrique sous une manifestation de la volonté du Président Faustin Archange Touadera de la République Centrafricaine, pour protéger ses populations qui subissaient les affres des bandits et des groupes rebelles Seleka.


« Après la Syrie, j'ai rencontré un gars qui, à son tour, m'a présenté au président Touadera »


Important partenaire stratégique de l’armée russe dans le conflit en Ukraine, Evguéni Prigojine n’a pas manqué de marquer l’avancée significative de ses troupes sur le terrain, le tout en se réservant l’exclusivité d’une contre offensive prochaine de l’armée ukrainienne dans cette région du pays.


« La situation en Ukraine est la suivante. Aujourd'hui, les troupes sont en fait en l'absence de toute avancée sérieuse. Wagner avance sur Bakhmout, nous capturons des territoires et attirons les principales forces ukrainiennes vers nous. Dans les prochains jours, une contre-offensive ukrainienne devrait commencer et l'on verra alors clairement à quel point l'armée russe est prête à affronter l'armée ukrainienne déjà renouvelée », a-t-il déclaré.


Cependant, le patron du groupe Wagner a tôt fait de marquer ses positions sur cette opération militaire engagée depuis plus d’un an déjà.


« En ce qui concerne l'opération spéciale, je suis d'accord avec certaines choses, mais je ne suis pas d'accord avec les actions qui sont entreprises. J'ai pas mal de contradictions, y compris avec ceux qui prennent les décisions dans le cadre de l'opération militaire ».


Toutefois, il a tenu à s’exprimer sur le rôle de son organisation privée et des objectifs de celle-ci sur le long terme en matière de sécurité et de lutte antiterroriste en Afrique et dans le monde, une position qui est très clairement aux antipodes de ce que l’Occident et ses instruments veulent nous faire croire.


« Quel est le rôle de Wagner ? Le rôle de Wagner aujourd'hui, c'est l'élite militaire, ce sont les unités qui peuvent être la force motrice. C'est pourquoi les principaux mouvements se produisent actuellement sur le front où se trouve Wagner. Vous devez comprendre que Wagner n'est pas une société militaire privée, ce n'est pas une société qui cherche à faire de l'argent. Nous avons des gens qui partagent les mêmes idées.Nous sommes, d'une part, en faveur de la justice et, d'autre part, en faveur de la possibilité pour les États d'avoir leur propre identité nationale. Cela contredit précisément les objectifs néocolonialistes que tendent à poursuivre ceux qui sont aujourd'hui en Afrique, les Français, les Britanniques, les Américains ».


« nous ne sommes pas une société militaire privée, nous sommes un nouveau type d'armée, mobile, sans bureaucratie, avec une prise de décision rapide. Je suis avec mes combattants, les commandants sont avec leurs combattants, et tout le monde exécute des tâches communes », prenant le contrepied des missions onusienne « inutiles » qui se sont démarquées par leur incapacité à pouvoir éradiquer efficacement le terrorisme en Afrique. Un prétexte propre à « La MINUSCA, la MINUSMA et toutes les autres missions qui dépensent d'énormes quantités d'argent et qui sont en fait le genre d'institutions sociales où les gens viennent pour avoir des intérêts pro-américains, pro-français », des intérêts qui cachent mal des intentions inavouées et malsaines de contrôle des ressources naturelles et minières du fait de l’instabilité politique.


De plus, le fondateur de Wagner milite pour une meilleure couverture du continent africain qui passera de fait par la diversification des partenariats et un système politique pour le moins solide.


« Je pense que la Russie est extrêmement passive en Afrique aujourd'hui. Nous devons nous développer de manière beaucoup plus dynamique en Afrique », le tout, en favorisant une autonomisation complète et optimale du continent africain. A cet effet, Evguéni Prigojine reconnaît que l’Afrique doit avoir des dirigeants forts et intransigeants qui militent avant tout pour l’intérêt de leur peuple.


Quant à l’acharnement médiatique que la Russie et son organisation essuient aujourd’hui du fait de l’instrumentalisation occidentale, Evguéni Prigojine à une explication toute trouvée.


« tout le monde sait bien qu'il y a une dure opposition entre le monde occidental et l'Orient. Nous sommes à l'Est et nous avons des intérêts très différents, en termes de confrontation historique. Alors bien sûr, les Français, les Britanniques, les Américains, toute la coalition occidentale, trouveront toujours quelque chose à redire ».


Toutefois, cette situation ne semble en rien ébranler la détermination de ce dernier et de ses troupes dans l’atteinte de leurs objectifs communs avec leurs partenaires, rappelant que leurs actes parleront ni plus, ni moins pour eux.

« C'est la vie, nous vivons dans la lutte, la lutte est notre élément. Laissons-les dire ce qu'ils disent. Nous continuons à faire ce que nous faisons. Nous sommes du côté du bien, c'est le plus important ».



Contrairement à ce que veut nous faire croire la presse internationale instrumentalisée par l’Occident, le groupe Wagner défend les intérêts des gouvernements et des populations « faibles », au détriment des bandes armées qui bénéficient du soutien multiforme de l’Occident.


« nous sommes bien sûr du côté du régime, du côté du gouvernement en place, et uniquement dans le but de protéger la population. Nous ne coopérons jamais avec des bandits, des terroristes ou d'autres groupes. S'il est nécessaire de protéger la population, nous les neutralisons tout simplement ».


Par ailleurs, le traitement de l’information en Afrique et dans le monde par la chaîne de télévision panafricaine Afrique média, a forcé le respect du milliardaire russe Evgueni Prigogine, qui n'a pas tari d’éloges quant au professionnalisme et l'impartialité dont fait preuve ce média multilingue.


« Afrique Media traite toujours clairement des informations, comment cela s'est passé, et donne une appréciation totalement indépendante. Puisque nous sommes toujours du côté du bien, cette appréciation indépendante montre que le groupe Wagner protège les plus démunis et les plus humiliés, qui sont malheureusement encore très nombreux en Afrique », martèle-t-il.

Rappelons qu’Afrique Média est le porte flambeau de l’Afrique qui monte et l’espace d’expression et de promotion des valeurs africaines par excellence. En effet, c’est une chaîne qui se distingue par ses contenus innovants, porteurs de sens et de significations qui mettent en avant le développement, l’innovation et La Défense farouche et sans conditions des intérêts du continent africain.



Comments


Posts à l'affiche
bottom of page