Crise en Centrafrique : Yaoundé et Bangui main dans la main



Le destin de la République Centrafricaine et celui du Cameroun sont liés. Cette réalité est aujourd'hui plus que jamais perceptible avec les menaces de déstabilisations qui pèsent de plus en plus dans la sous-région.


C'est dans cet esprit que le président centrafricain Professeur Faustin Archange Touadera a envoyé son émissaire, Mme Sylvie Baipo-Temon ce jour à Yaoundé, porter un message de paix et d'amitié à son homologue Camerounais Paul Biya.


« J'ai reçu en audience ce jour au Palais de l'Unité, Madame Sylvie Baipo-Temon, ministre centrafricaine des Affaires étrangères, envoyée spéciale du Président Faustin-Archange Touadéra », peut-on lire sur un message tweeté du chef de l'état Camerounais.


Au sortir de cette audience, Mme Baipo-Temon s'est exprimée devant la presse. « Aujourd’hui, la RCA fait face à de nombreuses tentatives de déstabilisation. La situation en RCA est une menace pour toute la sous-région, en particulier pour le Cameroun. Le Cameroun a toujours été un fort soutien pour la RCA, notamment à travers la composante MINUSCA, l’opération de maintien de la paix des Nations Unies. Nous avons également un important flux d’échanges économiques et commerciaux avec le Cameroun. L’axe vital pour la RCA étant le corridor Douala-Bangui. Donc, il était important pour le Président Touadera de présenter la situation qui prévaut en RCA à son frère, d’autant plus que les initiatives des Organisations sous-régionales nécessitent que l’ensemble des Etats soit impliqué ou soit au fait de cette situation. »


L'envoyée spéciale du chef de l'état centrafricain a aussi évoqué l'évolution de la situation depuis la réélection du Prof Faustin Archange Touadera. « il y a une chose formidable qui s’est passée en fin d’année. Nous avons tenu des élections démocratiques. Malgré les menaces, ces élections ont été un succès. Le Président Touadera a été réélu dès le premier tour. Nous avons encore des élections qui sont cours, notamment les élections législatives. Et pour cela l’agression de la rébellion CPC doit être maîtrisée rapidement pour permettre l’exercice du jeu démocratique. » Elle a mentionné le soutien des pays alliés comme la Russie et le Rwanda, aux côtés de la MINUSCA. Par ailleurs, a-t-elle conclu, « dans le cadre de la Conférence internationale pour la Région des Grands Lacs (CRGL), le Président angolais a pris l’initiative d’organiser une réunion à laquelle la RCA souhaite voir participer l’ensemble des Etats membres qui sont prêts, notamment pour ce qui concerne la République du Cameroun. La RCA est un pays stratégique au cœur de la sous-région, il est important que sa situation soit maîtrisée, en tout cas qu’il y ait une accalmie pour que cette situation n’ait pas de répercussions sur les pays voisins ».


Depuis le mois de décembre dernier, la RCA est confrontée à des attaques de rebelles réunis sous la bannière de la coalition des patriotes pour le Changement (CPC). Ce mouvement rassemble à la fois des ex-seleka, des anti-balaka et des mercenaires de nationalités diverses aux ordres de l'ancien président centrafricain François Bozizé. Le patron du KWA NA KWA après avoir été écarté du processus électoral en vue des élections couplées législatives et présidentielle du 27 décembre 2020, à entrepris de prendre le pouvoir par les armes, ou au mieux, de rendre le pays ingouvernable.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine