top of page

Côte d’Ivoire / Affaire « casse de la BCEAO » le procureur amnistie les exilés politiques



Après dix ans d’exil, six partisans de l’ancien président de Cote d’Ivoire Laurent Gbagbo sont de retour dans leur pays. Ils sont arrivés vendredi à Abidjan en provenance du Ghana sous l’égide du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR), de connivence avec le gouvernement d’Abidjan. Une action qui s’inscrit dans le cadre du processus de réconciliation nationale, selon les analystes.


Parmi les exilés, la sœur cadette de Laurent Gbagbo, Jeannette Koudou, et l’ancien ministre du Budget, Justin Katinan Koné.


Par ailleurs, le procureur d’Abidjan Richard Adou, a annoncé à la presse la libération d’une centaine de prisonniers politiques incarcérés depuis plusieurs années pour leur participation aux violences liées à la dernière présidentielle. Dans le même temps, Richard Adou a déclaré que : « A part les militaires, les mercenaires et les groupes armés, je pense que tous ceux qui ne font pas partie de cette catégorie ont été amnistiés par le président de la République. Et je pense que M. Koné Katinan fait partie de ceux-là », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. En effet, Katina Koné avait été condamné par contumace à 20 ans dans l'affaire de la casse de la BCEAO. Si l’on s’en tient aux dire du procureur d’Abidjan, l’ancien ministre, ne risque donc pas d'être interpelé par la justice dans cette affaire.


Retour de Laurent Gbagbo. Qu’en est –il de l’amnistie ?


Le retour des exilés précède celui de l’ex- président Laurent Gbagbo. Ce dernier ainsi que son ministre Charles blé Goudé ont été acquittés le 31 mars dernier par la Cour Pénale Internationale de crimes contre l’humanité commis pendant cette crise.


L’on se souvient, dans une sortie début avril, le président ivoirien Alassane Ouattara annonçait Laurent Gbagbo était libre de rentrer en Côte d’Ivoire quand il le souhaitait.


Si aucune date n’a été communiquée concernant ce retour, l’ancien président ivoirien lui-même a exprimé le vœu de rentrer dans son pays.


Cependant, plusieurs interrogations planent sur cette liberté qui pourrait de courte durée. Rappelons-le, Laurent Gbagbo avait également été condamné par contumace à 20 ans de prison par la justice ivoirienne dans l’affier dite de la ‘’casse de la BCEAO’’. Toute fois, après les dernières déclarations du procureur Adou Richard, et surtout l’amnistie de Katina Koné qui avait également été condamné pour les mêmes faits, tout porte à croire que Laurent Gbagbo pourrait également bénéficier de cette grâce pour la bonne marche du processus de réconciliation nationale.

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page