top of page

Centrafrique / Sécurité : l'armée déjoue une tentative de coup d'état



Bangui a déjoué le 31 octobre une tentative de coup d'État dont les responsabilités restent encore floues.

L'annonce a été faite via un communiqué de l’état-major des forces armées centrafricaines (FACA). Ce dernier affirme qu’un drone du type MAVIC, équipé des "engins explosifs improvisés" a survolé la position des soldats FACA déployés dans la localité d’Abba, dans la Nana-Mambéré.

 

《 Tous les appareils non identifiés se trouvant dans la zone de responsabilité des Faca (…) seront systématiquement détruits》


Face à cette situation complexe et dans le souci d’assurer la sécurité de la population centrafricaine, l’armée signale que : 《 A cet effet, tous les appareils non identifiés se trouvant dans la zone de responsabilité des FACA et ne disposant pas de l’autorisation préalable de survol aérien de l’espace national, seront systématiquement détruits conformément aux textes en vigueur 》.


Une réponse directe face à cet acte qui selon le communiqué, tentait à travers ce drone de larguer un engin explosif improvisé sur la position des FACA a été intercepté et détruit.

 

Les rebelles de la CPC pointés du doigt


Si jusqu’à présent, l’état-major des armées centrafricaines ne donne aucune information sur la provenance de ce drone, à Bangui, les langues se délient.


En effet, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), un mouvement rebelle placé sur la conduite de l’ancien président centrafricain, François Bozizé est accusé par la population d’être derrière cette tentative de putsch.


Selon des sources médiatiques telles que le journal Bangui 24, « les combattants de la CPC ont commencé à utiliser des drones (MAVIC) pour faciliter le transfert d'explosifs entre les régions », surtout à Abba où les rebelles ont fait «deux explosions sur des sites des forces gouvernementales ».


Notons qu'au lendemain de la mise en garde du chef d’État-major de l’armée, une dizaine de Casques bleus blessés par des tirs de la garde présidentielle. Au moins dix Casques bleus égyptiens de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) ont été blessés.


La Centrafrique, qui attire aujourd’hui beaucoup de convoitises fait face à plusieurs attaques dont l’objectif est la déstabilisation de ce pays d’Afrique Centrale. Cependant, avec l’arrivée de la Russie dans le pays, plusieurs groupes armés ont déjà été neutralisés et l’autorité de l’État rétablit. Bangui reste ainsi en alerte contre tout acte visant à déstabiliser son territoire.