top of page

Centrafrique / Rencontre avec l'Imam Tidjani : Moscou ne néglige aucun aspect pour une paix durable



Après un bref séjour à Nairobi au Kenya, l'ambassadeur de la Fédération de Russie en RCA est de retour à Bangui. Ce 20 mai, Vladimir Titorenko a visité la Grande mosquée de Bangui au quartier PK5 où il s’est entretenu avec le Grand Imam Сheikh Tidjani. Les deux hommes se sont parlés en arabe.


Cette rencontre était l'occasion pour l’ambassadeur russe de parler à l’imam du mode de vie de la communauté musulmane en Russie et de l’harmonie qui règne entre toutes les communautés religieuses. Cet exemple longtemps expérimenté en Centrafrique avait presque disparu avec la succession de conflits entre mouvements armés. Conflits très souvent manipulés par des hommes politiques au profit des forces tapies dans l'ombre sous le prisme d'une guerre inter-confessionnelle.


De l'apport de la Russie dans la lutte contre la CPC de Bozizé


Le diplomate a fait part de ce que la Russie ne fournissait l’assistance militaire a la République Centrafricaine que sur la demande des autorités centrafricaine. Selon M.Vladimir Titorenko, dès que la rébellion aura fini, en RCA il ne restera que le nombre nécessaire pour former les FACA.


L’imam a salué la contribution de la Russie dans la lutte contre les combattants de la CPC. Il a informé l’ambassadeur des causes profondes de la crise en cours. Cheikh Tidjani a condamné la rébellion et appelé à la réconciliation nationale. L’imam s’est aussi prononcé pour l’égalité de toutes les communautés religieuses en RCA, comme c’est le cas en Russie.


Des projets de développement socio-économique


L’ambassadeur a également parlé des projets économiques que la Russie entend réaliser en RCA pour remettre le pays sur les rails. Ce faisant, la Russie mettra en œuvre les projets dans toutes les préfectures du pays, quelle que soient les croyances et les ethnies de leur population


Une pensée pour les victimes de la crise en RCA


L’imam a fait valoir que c’est la population civile qui était la victime principale du conflit en RCA. Touchés par les combats, beaucoup de centrafricains ont été forcés de quitter leurs maisons en devenant des personnes déplacées. Tout centrafricain, quelle que soit sa croyance, a droit à la paix.


De la nécessité de garder un contact permanent


L’ambassadeur et l’imam se sont convenus de garder le contact en signe de compréhension mutuelle entre les deux peuples et les deux communautés musulmanes.


Par ailleurs, M. Vladimir Titorenko et Cheikh Tidjani se sont prononcés contre la guerre médiatique menée par certains médias. Faisant notamment référence aux allégations d'une certaine presse contre les intérêts des centrafricains. Les deux hommes sont d'accord sur le fait que « toutes désinformations empêchent la réconciliation nationale ».

Mots-clés :