top of page
  • 2rp

Burkina Faso / Coup d’état : Roch Marc Kaboré a bel et bien été renversé par les militaires



Roch Marc Christian Kaboré n’est plus président de la République du Faso. Il a été renversé suite à un coup d’Etat de l’armée. Les militaires ont annoncé lundi 24 janvier 2022, sur les antennes de la télévision nationale, avoir mis fin aux pouvoirs du président Kaboré. Au cours de cette intervention, ils ont aussi annoncé la suspension de la constitution, la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale, la fermeture des frontières terrestres et aériennes jusqu’à nouvel ordre et l’instauration d’un couvre feu de 21h à 5h du matin. Tout a commencé le dimanche 24 janvier, lorsque des soldats se sont mutinés dans plusieurs casernes notamment à Ouagadougou, Kaya Ouahigouya. Les militaires demandaient au gouvernement plus de moyens pour lutter contre le terrorisme et des changements au sein de l’état-major. Dans le même temps, des manifestations de soutien avaient eu lieu dans la capitale.


Le lendemain, durant la journée, la situation a été confuse. Alors que des sources militaires ont annoncé dans la matinée, l'arrestation du président Kaboré. D'autres sources, dont un communiqué du Mouvement du peuple pour le progrès (parti de Roch Marc Christian Kaboré), a souligné qu’il avait échappé à une tentative d'assassinat dimanche soir et qu'il était sous la protection de sa garde rapprochée.


L’insécurité grandissante


Selon plusieurs sources, la chute du président de la République du Faso, Roch Marc Kaboré était prévisible à cause des tensions qui régnaient dans le pays. L’on se souvient en novembre 2021, des Burkinabès sont descendus dans les rues de plusieurs villes dont Ouagadougou la capitale, pour exiger le départ de la Force Barkhane et du président Kaboré. Les manifestants ont même mobilisé pendant plusieurs jours un cortège de l’armée française du coté de Kaya. A l’origine des protestations, les attaques meurtrières répétées dans le pays, les Burkinabès accusent le chef d’Etat d’avoir échoué dans sa mission de sécuriser la vie de la population.

Les militaires du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), « qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité », ont précisé au cours de leur allocution qu’il s’engageait « à proposer dans un délai raisonnable (...) un calendrier de retour à un ordre constitutionnel accepté de tous ».

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page