top of page

Afrique : l’opposition moribonde face à l’épreuve du véritable combat.



Les leaders politiques Africains, plus précisément ceux de la zone francophone doivent s'ils sont sérieux, tenir un discours de rupture avec la France, car c'est elle qui bloque et empêche tout processus de démocratie et développement via le soutien qu’elle apporte à ses marionnettes à la tête de nos enclos coloniaux abusivement appelé États.


Nous devons comprendre une fois pour toute que la liberté des pays de la zone francophone est comparable à celle d'un oiseau dans l'enclos. On semble être libre mais en réalité, c'est tout le contraire.


Si le combat que l'opposition mène en Afrique consiste à changer nos dirigeants actuels pour les remplacer par d'autres à l'effet de nous maintenir dans le même système de dépendance politique, économique, culturelle, philosophique etc... À quoi cela servira-t-il !?


L'histoire sociopolitique de l'Afrique nous enseigne que la France est et a été à l'origine voir au cœur de toutes les crises politiques, guerres civiles, génocides etc... De la côte d'Ivoire au Cameroun en passant par la RCA, Mali, Tchad, Niger, etc...


Au regard des éléments sus évoqués, je trouve incongrue que l'opposition en Afrique francophone, au lieu de mobiliser les populations pour un combat de fond (souveraineté) passe plutôt son temps à jouer à la roublardise en surfant sur les problèmes secondaires tel que le code électorale, la vérité des urnes etc... Pourtant ils sont mieux placés que quiconque pour comprendre qu'il n'y a pas de démocratie dans une néo-colonie.


Nkrumah, Lumumba, Sankara, Um etc... Ne se battaient pas pour ce que je vois aujourd'hui sur la scène politique Africaine, ils le faisaient pour l'unité, la dignité et la souveraineté totale de l'Afrique.


Le courage de Ousmane Sonko est à saluer. Il mène le vrai combat.



Linus Fogap,

Président de la Jeunesse Panafricaine, Acteur Critique de la Société civile.

Posts à l'affiche
bottom of page