top of page
  • 2rp

Affaire Martinez Zogo : Amougou Belinga mis aux arrêts



« Amougou Belinga, l'un des commanditaires présumés de l'assassinat du journaliste Martinez Zogo, a été arrêté vers 6h ce matin à son domicile », a annoncé sur Twitter, lundi 6 février, l’ONG Reporters Sans Frontières (RSF).


L’information a d’ailleurs été confirmée par le groupe l’Anecdote.



« Il ne s’agit pas d’une rumeur. Monsieur Jean-Pierre Amougou Belinga, président du Groupe l’Anecdote a effectivement été interpellé ce lundi 6 février 2023 aux aurores », a souligné dans un communiqué le Groupe Anecdote, une coalition de médias fondée par l’homme d’affaires Jean-Pierre Amougou Belinga.


« Il n’a certes reçu aucune convocation. Mais il se trouve actuellement dans les locaux du Secrétariat d’État à la Défense dans le cadre d’une enquête », a précisé le communiqué ajoutant qu’il faut rester attentif aux sources officielles qui pourront donner plus de détails sur l’évolution sur cette « affaire tonitruante ».



Déjà le 3 février, RSF a indiqué dans un autre communiqué que « plus d’une vingtaine de membres de la Direction générale de la recherche extérieure (DGRE) ont été arrêtés ces derniers jours à Yaoundé », capitale du Cameroun, en lien avec l’assassinat du journaliste Martinez Zogo, dont le corps mutilé a été retrouvé dimanche 22 janvier.


RSF a indiqué que le directeur des opérations spéciales de la DGRE, Justin Danwe, avait, lors de son interrogatoire, « livré un récit détaillé du plan macabre mis en place pour faire taire le journaliste ».


Danwe « a reconnu sa propre implication et assuré avoir prévenu son supérieur », a indiqué RSF estimant que c’est « un récit accablant qui démontre que l’homicide relève du crime d’État » camerounais.



« Selon Justin Danwe, Jean-Pierre Amougou Belinga aurait asséné des coups au journaliste dans le sous-sol de son immeuble. L’homme d’affaires aurait alors appelé Laurent Esso, le garde des Sceaux dont il est proche, afin de lui demander quel sort réserver au présentateur radio », a rapporté RSF.


Selon des informations de RSF, « d’autres personnalités importantes dont plusieurs ministres proches de Jean-Pierre Amougou Belinga pourraient avoir été mises au courant et pourraient même être impliquées dans le projet ayant conduit à l’assassinat de Martinez Zogo ».



Rappelons qu’avant d’être assassiné, le journaliste Martinez Zogo enquêtait sur un scandale financier qui impliquait plusieurs personnalités camerounaises. Il disait détenir notamment des preuves qui feraient de Jean-Pierre Amougou Belinga l'un des bénéficiaires des fameuses lignes 65, 94 et 57 du budget de l’Etat camerounais.

En effet, ces lignes représentent les dépenses de fonctionnement de l’Etat et celles des interventions en investissement de 2010 à 2021, des sommes qui s'élèvent à plusieurs milliards de francs CFA.


Alors que les auditions se poursuivent au secrétariat d'Etat à la Défense, d'autres arrestations sont annoncées pour les jours à venir…