Côte d'Ivoire/Création du Conseil National de Transition : le pays migre vers une crise post éle


L' opposition ivoirienne vient de porter Henry Konan bedié à la tête du conseil national de transition. Une décision qui survient alors que la Côte d’Ivoire est suspendue à la publication des résultats de l’élection présidentielle, attendus dans les heures qui viennent.


Le même schéma de 2010 en marche?


Depuis que Alasanne Dramane Ouattara a annoncé en Août sa décision de briguer un troisième mandat, le pays semble avoir renoué avec ses vieux démons où l’opposition, après avoir lancé l’appel à la désobéissance civile, elle a également fait savoir qu’elle ne reconnaîtrait pas les résultats issus de cette élection.

Pour cela , elle a porté illico presto à la tête du conseil national de transition (C.N.I)l’ex président Henry KONAN BEDIÉ pour assurer le rôle de chef de la transition . Une situation très délicate qui entraînera des conséquences directes sur la société civile et risque de plonger de nouveau les ivoiriens dans un scénario du type « crise poste électorale » que rencontrent beaucoup de pays francophones en Afrique subsaharienne.

Pendant que l’opposition s’organise à tourné la page du régime du président sortant Alassane OUATTARA, la CEI quant à elle a commencé à délivrer des résultats partiels en compte-gouttes depuis dimanche 1er Novembre. Ce qui donne… une drôle d'ambiance, avec une impression « mi-figue, mi-raisin ».

Effectivité du Conseil National de transition

La conjoncture politique s'accélère en Côte d'Ivoire quelques jours après la tenue du scrutin présidentiel que l'opposition unie a boudé dans le cadre d'un "boycottage actif". L'opposition a cet effet annoncé ce lundi 2 novembre qu'elle avait créé un "Conseil national de transition", présidé par l'ancien chef d'Etat Henri Konan Bédié, en vue de former un "gouvernement de transition". "Le Conseil se donne pour mission de mettre en place dans les prochaines heures un gouvernement de transition",constatant la vacance du pouvoir exécutif avec la fin du mandat présidentiel de Ouattara a affirmé l'ancien Premier ministre Pascal Affi Nguessan au nom de toute l'opposition au chef de l'Etat Alassane Ouattara parti pour gagner une présidentielle où il n'a pas eu de réel adversaire en raison du boycott de l'opposition. Celle-ci, faut-il le rappeler, juge un troisième mandat "anticonstitutionnel". Le Conseil national de transition aura pour mission de préparer le cadre d'une élection présidentielle juste transparente et inclusive entre autre et de convoquer des assises nationales pour la réconciliation nationale en vue du retour à une paix définitive en Côte d'Ivoire.

La conséquence de la crise pré-électorale

L'opposition avait déjà appelé dimanche à une "transition civile" et "à la mobilisation générale des Ivoiriens pour faire barrage à la dictature et à la forfaiture du président sortant". Des violences secouent le pays depuis le vote alors que les résultats sont annoncés au compte-gouttes par la commission électorale indépendante. Avant le scrutin, une trentaine de personnes avaient trouvé la mort dans des violences faisant craindre des troubles importants, dix ans après la crise qui avait suivi la présidentielle de 2010, faisant 3.000 morts, à la suite des résultats rendu publique qui ont donné naissance à un différend électoral, à la suite de fraudes.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine