Mali: Le Colonel Assimi s'inspire du Maréchal Idriss Deby pour déloger les djihadistes


Loin d'être un colonel des bureaux, Assimi Goïta vient une fois de plus de démontrer sa bravoure en s'impliquant personnellement dans la libération de la ville de Farabougou, située au centre du Mali, à environ 110 km de Bamako.

Assimi Goïta s'inspire de la démarche de son idole le Mareshall Idriss Deby Itno du Tchad qui, avait pris son bâton de commandement durant une semaine (31 mars au 8 avril 2020), pour libérer la ville de Bohoma face à la barbarie de Boko Haram. dans l'opération baptisée « colère de Bohoma ». Le vice-président de la transition, chargé des questions de sécurité et de défense le colonel Assimi Goïta, a quitté Bamako pour s'installer momentanément dans la région de Ségou dont dépend administrativement Farabougou. Le but étant d'avoir le contrôle totale de ses troupes sur le terrain, et de mettre hors d'état de nuire les djihadistes.

Les populations de Farabougou étaient prises en tenaille depuis début octobre par des hommes armés. L'homme fort de la révolution du 18 Août a abandonné son fauteuil douillet de Bamako afin de diriger les opérations militaires dans la région de Ségou. De la localité de Bafo par exemple, il a organisé la ronde des hélicoptères qui a permis à des militaires maliens de prendre pied dans le village de Farabougou.

Visiblement, la nouvelle génération de dirigeants prend pour exemple le président tchadien. Idriss Deby Itno leur inspire l'exemple d'un commandeur présent sur le théâtre des opérations. À Bohoma (une île du Lac Tchad) comme dans le Tibesti (frontière tchao-libyenne), le Commandant en chef s'est toujours montré plus efficace aux côtés de ses soldats. Cette attitude n'est pas passé inaperçu. Au Mali en ce moment, la priorité du Colonel Assimi Goïta et de l’armée malienne est de montrer à la population de Farabougou qu’elle est là et qu’elle ne l’abandonnera pas.

Le 6 octobre, des hommes armés ont enlevé une vingtaine de personnes lors de la foire hebdomadaire de Farabougou, avant d'en relâcher une dizaine. Ils ont encerclé la localité, en coupant tous les accès.


Quelques jours après, des villageois qui tentaient de rentrer à Farabougou sont tombés dans une embuscade. Au moins six habitants ont été tués entre l'attaque du marché et le guet-apens, selon des témoins et des responsables locaux.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine