Mali / Sanctions de la CEDEAO : Nana Akufo entend lever l'embargo sur le pays


Le Président Ghanéen, Nana Akufo-Addo approuve la nomination de Bah N’Daw à la tête du Mali et compte en tant que président en exercice de la Cédéao lever l'embargo total sur le Mali, après l'investiture de ce dernier survenu ce vendredi 25 septembre.


Une levée de sanctions en cours de téléchargement


Le 22 septembre, jour de célébration des soixante années d’indépendance du Mali, le colonel Assimi Goïta a appelé à leur levée pour « le bonheur des Maliens ». Mais la Cédéao a conditionné cette levée de sanctions à la nomination de deux civils au poste de président de la République et de Premier ministre de la transition. Elle a de nouveau dépêché mercredi au Mali Goodluck Jonathan, l’ancien président nigérian et médiateur dans la crise, pour évaluer les progrès accomplis ou non par les militaires vers une restauration de l’ordre civil qui devrait prendre plusieurs mois. Interrogé à son arrivée sur une levée des sanctions ouest-africaines, M. Jonathan a indiqué que la Cédéao avait à cœur de se prononcer rapidement. C’est au président ghanéen Nana Akufo-Addo, au titre de la présidence tournante de l’organisation, qu’il revient de faire une annonce, a-t-il dit. « Je crois qu’il se prononcera probablement vendredi, après l’investiture », a-t-il précisé. Lors du sommet tenu à Accra il y a une semaine, la CEDEAO avait réclamé un toilettage de la charte de la transition afin que le vice-président ne puisse pas remplacer le président en cas d’empêchement ou de démission. Elle avait aussi plaidé pour la libération, d'un certain nombre de responsables arrêtés le 18 août, dont l'ancien Premier ministre Boubou Cissé.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine