Le colonel Mouammar Kadhafi a été liquidé pour les richesses de la Libye, Idriss Deby


Invité sur RFI, le président tchadien Idriss Deby a abordé plusieurs questions de sécurité et de terrorisme. Il a évoqué la crise libyenne et dans son intervention, il a blâmé la communauté internationale sur l’instabilité actuelle du pays après l’assassinat de son dirigeant, Mouammar Kadhafi.


Le Maréchal Deby n’a pas mâché ses mots en évoquant la question cruciale de la Libye. Il a indiqué qu’il a choisi la paix pour le pays. Mais en ce qui concerne lequel des deux parties qui se font la guerre, le Tchad a un penchant pour le général Khalifa Haftar qui, même si le président ne le mentionne pas explicitement, participe à la lutte contre le terrorisme dans la région. Deby dit vouloir la paix dans la région et donc apporte son soutien à celui des deux parties qui ne fait pas recours aux terroristes. Mais le président est allé plus loin dans ses propos.


Pour le nouveau maréchal, ce qui se passe en Libye est une guerre par procuration des puissances étrangères qui n’ont pas intérêt à ce que la paix revienne dans le pays de si tôt. Selon lui, il y a beaucoup d’agendas pour la Libye et tous ces agendas ne militent pas pour un retour à la paix ou pour une réconciliation quelconque des libyens ; et ce, « au grand d’âme des pays du Sahel » qui subissent aussi ce chaos libyen. « Nous sommes devant une situation où nous n’avons aucune solution ; ce sont des grandes nations qui interviennent », a déclaré Deby.


Mouammar Kadhafi et le pétrole libyen

Parlant de cette « guerre par procuration » des puissances étrangères en Libye, le président de la république du Tchad a souligné que « la communauté internationale cherchent à écarter l’Union africaine et les pays africains » de la résolution de la crise en Libye. Une situation qui dénote de l’intérêt de cette fameuse « communauté internationale », que la Libye reste dans le chaos dans lequel elle la fait végéter.


Ceci, pour mieux profiter des richesses du pays, le seul but d’ailleurs qui, semble-t-il, était visé dès le départ. L’éviction et l’assassinat de Kadhafi étaient préméditées par ces puissances, (la France et ses amis de l’Otan) dans le seul et unique but de se servir dans les puits de pétrole de la Libye. « Aujourd’hui, qui profite de ce pétrole, est-ce-que c’est les libyens ? », s’est interrogé Deby, pour faire voir la réalité de ce qui se passe dans ce pays aux un millions et demi de barils de pétrole journalier produits.


La Libye est dans l’impasse depuis 2011, à la suite de l’assassinat de Kadhafi sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, alors tout puissant président de la France. Deux camps se disputent le pouvoir, le GNA de Tripoli mis en place par l’ONU, et l’armée nationale libyenne à l’est du pays. la Turquie est le principal soutien du gouvernement de Tripoli et l’Egypte, la Russie, la France et les Emirats arabes unis soutiennent l’ANL.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine