Zimbabwe : prolongement de 2 semaines du confinement et reprise de l'exploitation minière


Le Zimbabwe a prolongé sa période de confinement de deux semaines supplémentaires jusqu'au 3 mai, mais a permis au secteur minier de reprendre ses activités.


Mnangagwa a déclaré lors d'une émission télévisée, que le confinement se poursuivrait parce que le pays n'avait pas encore rempli les conditions fixées par l'Organisation mondiale de la santé pour lever les mesures. Trois personnes sont mortes du virus sur les 25 infectés confirmés dans le pays d'Afrique australe. Les experts en santé s'attendent à ce que les chiffres augmentent une fois que les autorités auront intensifié les tests.


Mnangagwa a fait savoir que le gouvernement autoriserait les sociétés minières, qui génèrent le plus de devises, à reprendre leurs activités tandis que les fabricants travailleraient à capacité limitée. Les sociétés minières opérant au Zimbabwe comprennent les opérations locales d'Impala Platinum Holdings et d'Anglo American Platinum. Il a également signifié que la saison de vente de tabac reprendra également. Les deux secteurs sont les plus gros salariés forex du Zimbabwe. Les travailleurs miniers devront d'abord faire l'objet d'un contrôle et devront également rester sur leur lieu de travail pendant la période de prolongation.


Le Zimbabwe a entamé une période de confinement de 21 jours le 30 mars dernier, ce qui a contraint la plupart des gens à rester chez eux. Mais dans les townships, plusieurs personnes s'aventurent à la recherche d'articles de base comme la farine de maïs, ce qui entraîne de longues files d'attente dans les magasins. Le confinement a laissé de nombreux citoyens sans revenu et sans nourriture à un moment où le pays est aux prises avec une crise économique, marquée par des pénuries de devises, de nourriture et de médicaments. Dans la capitale Harare, des responsables du conseil municipal, avec l'aide de la police et des soldats, ont démoli dimanche les étals des marchés illégaux utilisés par les commerçants informels des cantons. Cette décision a été vivement critiquée par les citoyens du pays où plus de 80% de la population active n'a pas d'emploi formel et vit des marchés informels.


Les autorités de la ville ont défendu cette décision en disant qu'il était nécessaire de rétablir l'ordre dans la ville et que les commerçants informels seraient réinstallés dans de nouvelles et meilleures installations.


Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine