Human Rights Watch a pris de l'argent à un homme d'affaires saoudien complice de violations


Human Rights Watch a accepté un don important d'un milliardaire saoudien peu de temps après que ses chercheurs aient documenté des abus au travail dans l'une des entreprises de l'homme, une violation potentielle des propres directives de collecte de fonds de l’ONG des droits de l’homme.


Human Rights Watch a récemment rendu le cadeau du magnat saoudien de l'immobilier Mohamed Bin Issa Al Jaber, qui est venu avec la mise en garde qu'il ne pouvait pas être utilisé pour soutenir le plaidoyer LGBT du groupe au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Le don controversé est au centre d'un débat interne controversé sur le jugement et le leadership du directeur exécutif de Human Rights Watch, Kenneth Roth.


Après que The Intercept a commencé à enquêter sur le don, le groupe de défense des droits de l’homme a publié une déclaration sur son site Web disant qu'accepter le financement était une «décision profondément regrettable» qui «contrastait fortement avec nos valeurs fondamentales et notre engagement de longue date envers les droits des LGBT en tant que partie intégrante des droits de l'homme. "


La subvention de 2012 de la fondation caritative d'Al Jaber au Royaume-Uni s'élevait à 470 000 $, a déclaré Roth à The Intercept, ajoutant qu'un "versement final de la promesse de don n'a jamais été réalisé". La déclaration ne faisait pas référence à Al Jaber par son nom, mais deux employés de Human Rights Watch ont confirmé son identité à The Intercept.


"Nous regrettons également que la subvention ait été octroyée par le propriétaire d'une entreprise que Human Rights Watch avait précédemment identifiée comme complice de violations des droits du travail", a indiqué le communiqué du groupe. En 2012 et les années précédentes, Human Rights Watch a rendu compte en détail des violations du travail à Jadawel International, une entreprise de construction saoudienne fondée et détenue par Al Jaber.

Les responsables de Jadawel ont pris les passeports des travailleurs migrants non qualifiés et n'ont pas renouvelé leur permis de séjour saoudien, piégeant efficacement les travailleurs et les forçant à continuer de travailler en silence par peur d'être arrêtés, selon un rapport de 2010 de Human Rights Watch. Cet arrangement a permis aux gestionnaires de sous-payer le personnel; des travailleurs ont déclaré à Human Rights Watch que certains étaient partis des mois sans salaire.


Roth était lui-même impliqué dans la sollicitation du don, selon un e-mail interne de Human Rights Watch envoyé le mois dernier et obtenu par The Intercept. L'e-mail a été rédigé au nom du conseil d'administration international du groupe et signé par les coprésidents du conseil, Amy Rao et Neil Rimer.


En 2012, Roth a signé un protocole d'accord avec Al Jaber contenant un libellé stipulant que le cadeau ne pouvait pas être utilisé pour le travail sur les droits des LGBT dans la région. Il a ensuite été photographié à côté d'Al Jaber lors d'une cérémonie en 2013 pour commémorer le financement.


«En acceptant un engagement excluant son utilisation pour travailler sur un groupe dont nous nous efforçons de protéger les droits, les personnes impliquées dans Human Rights Watch, Inc. ont commis une grave erreur de jugement», ont écrit Rao et Rimer au personnel. «Ken Roth, la personne la plus expérimentée de HRW impliquée dans la sollicitation de cet engagement, accepte l'entière responsabilité de cette erreur.»


Dans un courriel à The Intercept, Roth a déclaré que lui et d'autres avaient discuté des abus au travail à Jadawel «avec l'employeur, qui s'est engagé à les aborder et a fourni plus tard des documents à cet effet. HRW et l'employeur ont ensuite discuté d'un éventuel cadeau au travail de HRW, en attendant la confirmation que les abus avaient été résolus. » Roth a également déclaré que les retombées du retour du don n'avaient pas eu d'incidence sur son rôle de gestion à Human Rights Watch.

Le personnel de Human Rights Watch a initialement rencontré Al Jaber en 2010 dans le cadre de son processus de plaidoyer après avoir étudié les plaintes de ses travailleurs, selon un employé de Human Rights Watch. Leur rapport a continué l'année suivante. Les pratiques de travail de Jadawel sont mentionnées dans les rapports mondiaux 2011 et 2012 de Human Rights Watch comme exemples des échecs du système de parrainage de l'Arabie saoudite pour protéger adéquatement les travailleurs migrants.


Le rapport de 2012 indiquait que certains cadres de Jadawel avaient «six mois d'arriérés de paiement de salaire» et que «les cadres avaient menacé les travailleurs de ne pas porter plainte devant le tribunal du travail.


Une politique de collecte de fonds approuvée par le conseil d'administration de Human Rights Watch plus tard en 2012 a déclaré que l'organisation n'acceptera pas de financement d'une entreprise qui est «elle-même au cœur du travail de Human Rights Watch» ou lorsque «la sollicitation ou l'acceptation de tels fonds pourrait saper les droits humains Crédibilité, indépendance ou réputation de Watch. »

Le don n'a été porté à la connaissance du conseil d'administration de Human Rights Watch que récemment, selon l'e-mail interne. Mais la fondation Al Jaber a annoncé la subvention sur son site Web en septembre 2013. «[Son Excellence] Sheikh Mohamed Bin Issa Al Jaber, fondateur et président de la Fondation MBI Al Jaber, a signé un accord avec Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, afin de soutenir leur travail dans le domaine de la société civile dans le monde arabe, avec une référence particulière à la cause des droits de l'homme dans les pays arabes en transition », a annoncé la déclaration.


Malgré les restrictions imposées au don d'Al Jaber, Human Rights Watch a continué de documenter les violations des droits des LGBT dans la région. En 2013, ils ont joint une lettre au président iranien Hassan Rouhani sur les droits des LGBT et documenté les abus contre les personnes transgenres au Koweït. L'année suivante, ils ont publié des rapports sur les droits des LGBT au Maroc, en Égypte et en Syrie.


"Néanmoins, accepter une subvention avec une telle condition était clairement faux et nous déçoit profondément", ont écrit Rao et Rimer au personnel le mois dernier.


Human Rights Watch lancera «une enquête indépendante complète pour comprendre pourquoi nos protocoles et politiques rigoureux sur la vérification des subventions et des donateurs ont échoué», selon sa déclaration en ligne.


"L'enquête commencera bientôt et fournira la base de toute nouvelle action du conseil d'administration et de la direction", indique le communiqué. «Pour éviter que cela ne se reproduise, nous avons créé une politique supplémentaire interdisant explicitement les restrictions sur les cadeaux qui excluraient des groupes sociaux particuliers ou des questions de droits fondamentaux.»



Traduit de l’anglais par 2RP



Source : https://theintercept.com/2020/03/02/human-rights-watch-took-money-from-saudi-businessman-after-documenting-his-coercive-labor-practices/?fbclid=IwAR3Dl2z9VdQSuzhU6wPcrIkdH1vu2o2X0O2BI6jZCSg15vsdYYHLHROcKuM

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine