top of page

UA / Politiques et capacités SPS harmonisées : 2023 année de mise en œuvre accélérée de la ZLECAF



C’est à Kigali que certains experts du secteur privé et gouvernemental de plusieurs pays d’Afrique et d’occident, se sont réunis (30-31 Mars 2023) pour échanger sur la mise en œuvre accélérée de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine, ceci dans le cadre de la promotion des politiques et des capacités des systèmes sanitaire et phytosanitaire (SPS).



L'agriculture étant très importante pour la performance durable des économies d'Afrique, il va s’en dire que le système sanitaire et phytosanitaire (SPS) joue un rôle clé à cet égard. Les mesures SPS sont l'un des nombreux sujets commerciaux couverts par les rapports d'examen des politiques commerciales sur les Membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, 75 % du commerce intra-africain, concerne les produits agricoles. Il est par conséquent urgent d'exploiter les marchés et les opportunités commerciales sur le vieux continent et à l'étranger. L’une des raisons pour lesquelles, La ZLECAF met l'accent sur l'expansion continue de la croissance et de la transformation agricoles de l'Afrique et réitère la nécessité de développer davantage le commerce des produits agricoles en Afrique.


Ainsi les quatre objectifs du cadre stratégique SPS de l'UA répondent aux besoins et priorités divers et croisés des systèmes SPS en Afrique. Ceux-ci sont notamment, d’établir des systèmes SPS harmonisés fondés sur la science, ceci en soutenant les efforts des États membres surtout en tenant compte à la fois des normes internationales et des conditions régionales. Le renforcement de la collaboration et la facilitation des échanges est également au menu. Le but recherché est d’Accroître l'efficacité et réduire les coûts commerciaux en travaillant à la mise en place d'un système SPS continental cohérent. Le renforcement des capacités techniques pour optimiser les aptitudes techniques des CER, des États membres et des parties prenantes grâce à la coopération et au partage des ressources, n’est pas en reste. Accroitre le soutien politique et les investissements des secteurs publics et privés permettrait une expansion du commerce intra-africain de plantes, d'animaux et de denrées alimentaires. Pour atteindre ainsi ses objectifs, la « MISE EN ŒUVRE DU CADRE POLITIQUE SPS DE L'UA » propose dans son document, des stratégies et actions spécifiques. Elle suggère également des rôles potentiels et l'établissement de priorités pour les institutions responsables et les autres parties prenantes. Les possibilités de mécanismes de financement, de suivi, d'évaluation et d'établissement de rapports sont brièvement mentionnées.



Selon Josepha Sacko, commissaire du département de la Commission de l'économie rurale et de l'agriculture de l’union africaine, l'amélioration de la mise en œuvre et de l'harmonisation des systèmes sanitaires et phytosanitaires (SPS) est essentielle pour garantir que tout commerce agricole protège la santé humaine, animale et végétale.


En guise de rappel, le cadre politique a officiellement été reconnu par la Déclaration de Malabo de 2014 de l'UA, sur l'accélération de la croissance et de la transformation agricoles pour une prospérité partagée, et l'amélioration des moyens de subsistance. Ledit cadre a été formulé lorsque l'UA est entrée dans la phase pratique d'opérationnalisation de la ZLECAf pour réaliser l'intégration continentale globale. A noter aussi, est que le cadre politique arrive à un moment où le Département de l'économie rurale et de l'agriculture (DREA) de l'UA présente le 2e rapport d'examen biennal. Le cadre stratégique aidera par l’occasion à générer des informations pour les rapports d'examen biennal successifs.


Comments


Posts à l'affiche
bottom of page