top of page

UA / forum de SPS : les experts se réunissent à Kigali pour le suivis des interventions en Afrique



Un panel d’experts et de plusieurs institutions, s’est réuni les 28-29 mars 2023, au Rwanda à Kigali. Ces derniers ont établis un rapport des Mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS) sur le suivi de leurs interventions en Afrique.



Pendant ses deux jours, la dizaine de personnes rassemblées dans le pays de Paul Kagamé, ont échangés entre autre sur : Les mesures SPS essentielles pour garantir la sécurité et la qualité des produits alimentaires, végétaux et animaux. Ils ont discutés sur ce que l'absence de mesures SPS peut avoir comme conséquences sur la sécurité alimentaire, la santé humaine, végétale et environnementale. L’Investissement dans les mesures SPS est également passé en revue pour améliorer la sécurité des consommateurs, stimuler le commerce intra-africain y compris la sécurité alimentaire et le niveau de vie dans le vieux continent…


Néanmoins, pour que les investissements dans les interventions SPS soient plus rentables, les interventions se doivent d’être ciblées, complémentaires et coordonnées. Grâce à cette stratégie ciblée, l'Afrique peut concentrer ses investissements SPS sur les risques SPS qui comptent vraiment, contribuant ainsi à accroître la compétitivité du continent à l'échelle mondiale qui comptent vraiment, contribuant ainsi à l'amélioration de la compétitivité mondiale du continent. Pour y parvenir, le Forum de coordination SPS de l'Union Africaine, a commandé une étude en 2022 pour suivre la mise en œuvre des interventions SPS par les institutions continentales et régionales. Un projet qui identifiera plusieurs aspects notamment, les diverses interventions SPS mises en œuvre en Afrique et leurs domaines d'intervention respectifs ; les lacunes des interventions SPS et proposer des solutions pour combler les lacunes identifiées. Cette étude devra aussi déterminer les synergies et les complémentarités dans les activités SPS en Afrique pour un plus grand impact.



Faut-il le rappeler, au-delà de l'insertion des pays du continent sur le commerce international, les enjeux au sein de la région Afrique sont également colossaux. La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) entrée officiellement en vigueur le 1er janvier 2021 vise à créer un marché unique pour les 1,3 milliards de personnes habitant le continent. Parmi ses objectifs, il est prévu que les États parties éliminent progressivement les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce des marchandises. Stimuler le commerce intra-africain des produits agricoles est un enjeu important qui transparaît dans différents engagements de l’Union africaine dont l'agenda 2063: l'Afrique que nous voulons et le Programme détaillé de développement de l'Agriculture africaine (PDDAA) avec la Déclaration de Malabo sur la croissance et la transformation accélérée de l'Agriculture pour une prospérité partagée et de meilleures conditions d'existence. Les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS), fondées sur des méthodes scientifiques solides s’efforcent ainsi de protéger la vie et la santé des personnes, des animaux et des plantes, tout en s'attaquant aux obstacles inutiles au commerce ; c'est à dire sans établir une discrimination arbitraire ou injustifiée entre pays aux conditions similaires. Pour atteindre ce double objectif de préservation de la santé des consommateurs, des animaux et des plantes tout en favorisant l'atteinte rapide des objectifs de la ZLECAf, les mesures SPS se doivent d'être coordonnées.



Même si les gouvernements africains, les institutions de l'UA, les partenaires techniques et de développement continuent d'investir dans des interventions pour améliorer les systèmes SPS en Afrique, il n’en demeure pas moins vrai qu’un suivi continu des interventions SPS est nécessaire pour s'assurer qu'elles atteignent les objectifs visés.



Comments


Posts à l'affiche
bottom of page