top of page

Réduction de la présence militaire française en Afrique de l’Ouest et centrale



La France a annoncé une réduction significative de sa présence militaire en Afrique de l’Ouest et centrale, passant de 1600 à seulement 600 soldats dans les prochains mois. Cette décision intervient dans un contexte de changements politiques et stratégiques en Afrique et en France.


Détails de la réduction


Le ministère français de la Défense a précisé les nouveaux chiffres pour les déploiements militaires :

- Au Gabon, le nombre de militaires passera de 350 à une centaine.

- Au Sénégal, le contingent sera réduit de 350 à quelques centaines.

- En Côte d'Ivoire, le nombre de soldats passera de 600 à quelques centaines.

- Au Tchad, seulement 300 soldats resteront, contre 1000 actuellement.


Contexte politique


Cette réduction est en partie motivée par l’annonce d’élections législatives anticipées en France, dont l'issue pourrait être incertaine pour le camp présidentiel. Cependant, les autorités françaises ont indiqué que ces effectifs pourraient être ajustés en fonction des besoins des partenaires africains à l’avenir.


Changements en Afrique


La présence militaire française en Afrique de l’Ouest et au Sahel a déjà été considérablement réduite ces dernières années. Il y a deux ans, la France comptait environ 5000 soldats dans la région du Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane. Mais cette force a été progressivement réduite, notamment en raison de nouvelles orientations politiques à Bamako, Ouagadougou et Niamey, qui ont opté pour des partenariats avec la Russie.


Impact sur les alliances


Le contingent en Côte d'Ivoire, autrefois un pilier de la présence française en Afrique de l’Ouest, a déjà été réduit de 900 à 600 soldats. Des réductions similaires ont débuté au Sénégal. En revanche, la France maintiendra une présence significative à Djibouti avec 1500 soldats, une position stratégique essentielle située face au Yémen, à la sortie de la mer Rouge.


Nouveau commandement africain


Un commandement spécifique pour l’Afrique sera instauré au sein des Forces armées françaises cet été, avec un général déjà nommé pour diriger cette nouvelle structure.


Contexte historique et politique


En 2022, les forces françaises ont été chassées du Mali, mettant fin à l’opération Barkhane dans la région Sahara-Sahel. En mars 2023, le Burkina Faso a dénoncé son traité d’assistance militaire avec la France, mettant fin à plus de 60 ans de coopération militaire. Ce retrait marque une nouvelle ère dans les relations franco-africaines, marquée par une réévaluation des engagements militaires français sur le continent.


La décision de réduire les effectifs militaires en Afrique de l’Ouest et centrale s’inscrit dans une tendance plus large de redéfinition de la politique extérieure et de défense française, en réponse aux évolutions géopolitiques et aux dynamiques internes en France.

Mots-clés :

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page