top of page
  • 2rp

Nous ne céderons pas en abandonnant : des négociations africaines pour défendre l'Afrique



Bien que plus de 600 millions de personnes n'aient toujours pas accès à l'électricité et que plus de 900 millions de personnes n'aient pas accès à une solution de cuisson propre en Afrique, les négociateurs de la COP 28 du continent cèdent à la pression de l'Occident en déclarant que l'Afrique est ouverte à une approche d'élimination progressive des combustibles fossiles. La Chambre africaine de l'énergie (AEC), en tant que porte-parole du secteur africain de l'énergie, précise que ce n'est pas vrai. Les producteurs africains - qu'ils soient établis ou émergents - ne sont pas disposés à renoncer à ces ressources antérieures au profit d'un programme mondial, et les négociateurs ne doivent pas brader les espoirs et les aspirations de l'Afrique.


Le groupe des négociateurs africains, créé lors de la première conférence des parties à Berlin, est une alliance d'États membres africains visant à représenter les intérêts de la région dans les négociations internationales sur le changement climatique. En tant qu'organe technique participant aux discussions lors de la COP, le groupe a l'obligation de refléter les besoins et les objectifs du continent. Cependant, ce que cette COP nous montre, c'est que ce groupe n'est pas hostile aux pressions de l'Occident. Au contraire, le groupe promeut le fait que l'Afrique est prête et ouverte à l'abandon progressif des combustibles fossiles.


Présidé par Ephraim Mwepya Shitima, de la République de Zambie, le groupe, tout en s'opposant à une élimination progressive, a affirmé que le continent serait prêt à adopter une approche de réduction progressive. Cela impliquerait l'utilisation du pétrole et du gaz conformément aux programmes de développement nationaux, puis une élimination progressive. Mais où cela mène-t-il l'Afrique ? Argus Media rapporte que le ministre nigérian de l'environnement, Isiaq Adekunle Salako, a déclaré que la réduction progressive des combustibles fossiles était inévitable et que le Nigeria était prêt à soutenir une approche juste et ordonnée. De même, Argus rapporte que la ministre ougandaise de l'énergie, Ruth Nankabirwa, ne soutiendrait qu'une approche de réduction progressive.


Plutôt que de se battre pour le moindre des deux maux, pourquoi ne pas défendre le droit du continent à conserver le pétrole et le gaz dans son bouquet énergétique à long terme ? Pourquoi ne pas promouvoir le développement économique, défendre les droits de la population du continent et s'engager en faveur d'un avenir industrialisé et sûr sur le plan énergétique en Afrique ? Le choix d'une réduction progressive plutôt que d'une élimination progressive ne fait que retarder l'inévitable, à savoir que l'Afrique sera un jour contrainte de renoncer à sa ressource vitale : le pétrole et le gaz.


« Les négociateurs africains doivent cesser de mentir et de désinformer. Les producteurs africains n'ont pas accepté et ne sont pas ouverts à l'abandon progressif des combustibles fossiles. Les négociateurs doivent être prudents et se rappeler pour qui ils se battent. Ne laissez pas les promesses vides de technologie et d'argent obscurcir votre jugement. Ce n'est pas le moment pour l'Afrique de tomber dans le piège de se conformer à des agendas biaisés. Ne vous trahissez pas - le pétrole et le gaz resteront en Afrique », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Commission économique pour l'Afrique. 


Le pétrole et le gaz seront l'épine dorsale de la croissance économique de l'Afrique. Si l'on considère des pays comme l'Angola, la Libye et le Nigeria, qui comptent parmi les plus gros producteurs de pétrole du continent, la réduction ou l'abandon progressif de l'exploitation du pétrole et du gaz aura pour effet de supprimer la ligne de vie de ces économies, laissant la population dans l'incertitude. Au Mozambique, en Ouganda, en Namibie et au Sénégal, où des projets de grande envergure devraient voir le jour dans les années à venir, le pétrole - et plus particulièrement le gaz naturel - revêt une importance cruciale. Le gaz offre une alternative énergétique propre qui alimentera l'industrie, les ménages et le développement. Les ressources généreront des revenus, développeront les infrastructures tout en améliorant les compétences de la main-d'œuvre locale. Grâce au gaz, les pays d'Afrique pourront non seulement se développer, mais aussi prospérer.


Toutefois, si ces mêmes pays sont tenus de réduire progressivement leur consommation de gaz, leurs chances d'atteindre leur plein potentiel économique seront considérablement réduites. Les promesses non tenues en matière de technologie et de capitaux n'ont pas disparu. À l'avenir, ces mêmes promesses adressées aux négociateurs africains connaîtront le même sort. 


« Les producteurs africains n'ont pas accepté et n'accepteront pas d'abandonner progressivement les combustibles fossiles. Contrairement au reste du monde développé, le continent n'a pas encore eu la possibilité de transformer ses économies grâce au pétrole et au gaz. Pour se développer, croître et répondre à des préoccupations telles que la pauvreté énergétique et l'industrialisation, le pétrole et le gaz devront rester au centre des préoccupations dans les années à venir », a conclu M. Ayuk.


Source: La Chambre africaine de l'énergie (AEC)

Mots-clés :