top of page
  • 2rp

Mali : le gouvernement malien dénonce l'action unilatérale de la MINUSMA



La tension s’intensifie entre le gouvernement malien et la MINUSMA. Dans une note d'information relative au Communiqué de presse de la MINUSMA du 10 octobre 2023 et à la note aux correspondants des Nations Unies du 14 octobre 2023, le gouvernement du Mali dénonce l'action unilatérale de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et l’invite de respecter scrupuleusement le plan de retrait et l'invite à inscrire ses actions dans le cadre des dispositions de la résolution 2690.



Il faut rappeler que, la mission de l’ONU au Mali a annoncé avoir commencé à se retirer de deux de ses camps situés dans la région de Kidal lundi 16 octobre, entamant une nouvelle phase de son retrait forcé. Ce désengagement intervient dans un contexte d’intensification des tensions dans le nord du pays.


Le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a pris connaissance du communiqué, publié le 10 octobre 2023, par lequel la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) annonce le retrait de ses troupes des postes avancés de Kidal et l'accueil pour des raisons humanitaires, dans son camp de Kidal, ce même jour, de 111 éléments du bataillon des Forces Armées Maliennes reconstitué (BATFAR), dont la sécurisation relève de la Mission jusqu'à l'effectivité du transfert.



Dans une note d’information publiée au soir du 16 octobre 2023, le gouvernement malien a condamné l’action unilatérale de la MINUSMA concernant le camp de Kidal, en contradiction avec le plan de retrait prévu. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a exprimé son étonnement et sa condamnation de l’action de la MINUSMA, qui va à l’encontre de l’esprit de coordination et de collaboration souhaité entre les deux parties.


Selon le gouvernement malien, le désengagement du camp de Kidal devrait avoir lieu entre le 15 et le 30 novembre 2023. C’est pourquoi l’État-major Général des Armées a demandé que le retrait des postes avancés de Kidal soit effectué à la même date. Des échanges ont eu lieu le 10 octobre 2023 entre la MINUSMA et le gouvernement, qui avait demandé un délai de 72 heures pour réorganiser et adapter le dispositif d’occupation par les forces armées maliennes (FAMa) desdits postes. Dans l’attente de la réaction de la MINUSMA, les autorités nationales ont été prises de court.



Le gouvernement malien condamne également la trahison dont ont été victimes les FAMa du bataillon des Forces Armées Maliennes reconstitué (BATFAR) de la part de certains membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), ungroupe signataire de l’accord de paix. Cette dernière a encerclé, occupé puis enlevé les équipements et les munitions, en pillant le dépôt du Mécanisme Opérationnel Conjoint (MOC).


En réponse aux inquiétudes exprimées par les Nations Unies, le gouvernement malien rappelle que la situation sécuritaire dans le Nord du pays est marquée par des attaques terroristes contre les forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM), les populations civiles et la MINUSMA. Les FDSM répondent vigoureusement à ces attaques et progressent. Elles continuent leur déploiement pour occuper les camps et les bases de la MINUSMA, conformément aux règles et procédures des Nations Unies.



Enfin, le gouvernement malien rappelle à la MINUSMA l’obligation de respecter scrupuleusement le plan de retrait tel que prévu par la résolution 2690. Il l’invite à inscrire ses actions dans le cadre des dispositions de cette résolution, qui prévoit la cessation de ses opérations et le transfert de ses tâches en collaboration étroite avec le gouvernement du Mali, au plus tard le 31 décembre 2023.


Mots-clés :

Posts à l'affiche