Mali-Côte d'Ivoire/ Déstabilisation de la transition : la tension entre les deux pays s'accentue



Les autorités maliennes et ivoiriennes ont effectué un déplacement pour la France. Objectif tablé sur le conflit qui oppose la Côte d’Ivoire au Mali. Une affaire qui remonte à l’ingérence de monsieur Alassane Ouattara dans la chute de l’ex président malien. ADO a été très actif contre la junte militaire qui venait de déposer Ibrahim Boubacar Kéita dit IBK. Il appelait presque à les envoyer au peloton d’exécution pour avoir perpétré un coup d’État, au moment où la Côte d’Ivoire dansait au bord du volcan.


Ce que le Mali reproche à la côte d’Ivoire


Le président ivoirien exigeait les sanctions les plus dures, les plus inhumaines contre la junte et le peuple malien. N’ayant pas été suivi par ses pairs de la CEDEAO, il a décidé de prendre des mesures unilatérales contre le peuple malien, avec la complicité de l’Ivoirien Jean-Claude Brou, le Président de la Commission de la CEDEAO.

Ainsi, la Côte d’Ivoire a fermé toutes ses frontières terrestres et aériennes avec le Mali et gelé tous les flux et transactions économiques commerciales et financières en direction du Mali. Ni vivres, ni médicaments, ni transferts d’argent, même au profit des petits ménages, ne quittaient la Côte d’Ivoire pour le Mali. Pis, il a organisé la fuite des pontes du régime IBK vers Abidjan, où ils ont été installés avec leurs familles dans des hôtels, aux frais du contribuable ivoirien. Certains de ces réfugiés ont trouvé en la Côte d’Ivoire un terreau pour y mener leurs opérations de déstabilisation des institutions de la transition au Mali.


Le rôle que joue HAMBAK dans la déstabilisation de la transition


De sources dignes de foi le Premier ministre Hamed Bakayoko a envoyé discrètement à Bamako une section des Encagoulés pour faire de la subversion. Ceux-ci ont été arrêtés par les autorités maliennes et sont actuellement détenus. Soumis à un interrogatoire serré, certains ont révélé qu’ils avaient été envoyés par le Premier ministre - Ministre de la Défense pour faire de l’espionnage au sein de l’armée malienne, et si possible, procéder à quelques liquidations physiques de personnalités, comme ils le font déjà en Côte d’Ivoire. Une attitude d'Abidjan envers Bamako qui a fait monter la tension entre les deux pays. Les autorités maliennes de transition indiquent qu’elles ne peuvent plus tolérer de tels agissements et se préparent à réagir fermement. Surtout que les Encagoulés ont révélé qu’il existe bel et bien un projet d’assassinat planifié depuis Abidjan, du chef de la junte dissoute, le Colonel Assimi Goïta, Vice-président de la République. La température monte tellement vite entre les deux pays et que la France est obligée d’intervenir pour éviter l’escalade.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Icône sociale YouTube
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Révolutionner le regard du monde sur l'Afrique

© 2020 Radio Révolution Panafricaine

AU PEACE FUND