top of page

La société Hyve Group, qui organise des conférences à Londres sur l'Afrique, est invitée à embaucher et à promouvoir des Africains et des femmes noires à des postes de direction



Dans la mosaïque dynamique du paysage énergétique africain, le groupe Hyve joue un rôle central, tirant des revenus substantiels des marchés florissants du continent. Cependant, un vide flagrant persiste dans les couloirs du pouvoir au sein du groupe Hyve : l'absence de dirigeants africains. Cette dure réalité soulève des questions pertinentes quant à l'engagement de l'entreprise en faveur de la diversité et de l'inclusion, ce qui a incité la Chambre africaine de l'énergie à demander à Hyve Group de rectifier ce déséquilibre.



Il est décourageant de constater qu'en dépit d'être un bénéficiaire majeur des contributions économiques de l'Afrique, Hyve Group n'a pas encore mis en place une équipe de direction qui reflète la riche diversité et le réservoir de talents présents sur le continent. La pratique dominante consistant à recruter des personnes sur la base de réseaux personnels, de la confiance et de la familiarité perpétue des pratiques d'exclusion qui laissent de nombreux Africains qualifiés et compétents en dehors du cercle restreint.


La déception est amplifiée par le fait que les personnes d'origine africaine ne sont pas seulement des participants passifs aux efforts du groupe Hyve ; elles sont des sponsors actifs et contribuent au succès de ses programmes. Cette contradiction soulève des inquiétudes quant à la sincérité de l'engagement du groupe Hyve en faveur de l'inclusion. Alors que l'entreprise se lance dans des initiatives de changement de marque et adopte le wokeness, l'absence de représentation africaine dans les postes de direction jette un doute sur l'authenticité de ces efforts. Soulignant le succès de l'industrie pétrolière et gazière en matière d'embauche, de formation et de promotion des Africains, M. NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie, établit un contraste frappant. Il loue l'industrie pour avoir encouragé l'esprit d'entreprise et propulsé de nombreux Africains, y compris des femmes, à des postes de direction, renforçant ainsi la conviction que les Africains, et en particulier les femmes africaines, sont non seulement capables mais font partie intégrante de la réussite de ces organisations.



La Chambre africaine de l'énergie est fermement convaincue que les Africains possèdent les compétences, les aptitudes et la vision nécessaires pour occuper des postes de direction au sein du groupe Hyve. L'appel à l'inclusion n'est pas seulement une question de justice sociale ; c'est un impératif stratégique pour une entreprise dont les revenus dépendent largement du marché africain. Il est temps que l'engagement du groupe Hyve en faveur de la diversité aille au-delà de la rhétorique et se manifeste par des actions concrètes qui renforcent et élèvent les Africains au sein de l'organisation.


La question qui nous occupe va au-delà du simple symbolisme ; elle concerne les principes fondamentaux de l'équité, de l'égalité des chances et de la reconnaissance du rôle significatif joué par les Africains dans le succès des entreprises du groupe Hyve. L'idée selon laquelle les Africains peuvent alimenter le succès financier de l'entreprise par le biais de grandes expositions mais sont relégués à des rôles discrets au sein de l'organisation n'est pas tenable et doit être rectifiée de toute urgence.



Bien que le fait de soulever cette question puisse susciter des critiques, il est impératif d'affronter les vérités gênantes qui persistent dans l'industrie. La Chambre africaine de l'énergie reconnaît les progrès accomplis par le secteur du pétrole et du gaz dans l'embauche, la formation et la promotion des Africains. Ce secteur a montré comment un véritable engagement en faveur de la diversité peut favoriser l'esprit d'entreprise et propulser des individus à des postes de direction.


Le groupe Hyve doit s'inspirer des réussites de l'industrie pétrolière et gazière et aligner ses pratiques sur l'engagement démontré en faveur de l'inclusion. Les pays africains qui ont soutenu Hyve Group, notamment l'Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya, le Ghana, la Namibie, la Tanzanie, le Ghana et ceux qui participent activement à des événements tels que Mining Indaba, méritent de voir leurs talents représentés aux plus hauts échelons de l'organisation.



« Le groupe Hyve tire une grande partie de ses revenus de l'Afrique, mais aucun Africain ne fait partie de sa direction. Ils embauchent des personnes qu'ils connaissent, en qui ils ont confiance et qu'ils apprécient. Nous ne faisons pas partie de ce cercle. Je suis très déçue. Les personnes d'origine africaine sont plus nombreuses à participer à leurs programmes et à les parrainer. Je pense qu'elles sont capables d'occuper des postes de direction, mais le groupe Hyve ne s'est pas suffisamment engagé à les embaucher et à les promouvoir. Leur changement de marque et leur travail doivent conduire à une certaine inclusion et vice versa ; sinon, leur travail n'est que pure complaisance.


L'industrie du pétrole et du gaz, que j'aime et que je défends, est le plus grand défenseur de l'embauche d'Africains. Elle a formé des Africains, les a promus et nombre d'entre eux sont devenus aujourd'hui de grands entrepreneurs. C'est pourquoi j'aime le pétrole et le gaz », déclare NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie.



La Chambre africaine de l'énergie invite le groupe Hyve à reconnaître l'urgence de remédier à la sous-représentation des Africains dans les postes de direction. "Si vous êtes noir, chez Hyve Group (Mining Indaba /Africa Oil Week), votre teint ne vous donne pas la protection ou la promotion dans les postes de direction, comme le montre leur structure de direction actuelle. Nous ne pouvons pas accepter qu'en 2024, les entreprises qui font des affaires en Afrique et qui gagnent d'énormes revenus n'aient pas de Noirs à leur tête. Les Africains ne doivent pas acheter là où ils ne peuvent pas travailler". NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l'énergie, a quant à lui déclaré.



« Je pense qu'il est important que le groupe Hyve embauche des Noirs à sa tête, en particulier des femmes noires, mais il est également important qu'il révèle si et combien d'impôts ont été payés aux autorités fiscales sud-africaines à partir des fonds de TVA qu'il collecte auprès des entreprises et des délégués », conclut Ayuk. L'engagement déclaré de l'entreprise en faveur d'une nouvelle image de marque et de l'esprit d'entreprise doit se traduire par des actions concrètes qui éliminent les obstacles et ouvrent la voie à une équipe dirigeante qui reflète authentiquement la diversité et les talents qui abondent en Afrique. L'heure du changement a sonné et la Chambre africaine de l'énergie est prête à s'engager dans un dialogue constructif pour faciliter cette transformation.


Source: Chambre africaine de l'énergie

Comments


Posts à l'affiche
bottom of page