top of page

La nouvelle ligne de démarcation et le dilemme de l’Occident



La ligne de séparation Est-Ouest, ou aussi celle du monde multipolaire d’un côté et de l’espace réunissant tous les nostalgiques de l’unipolarité de l’autre, apparait aujourd’hui de plus en plus comme la seule solution plausible. Surtout au regard que l’écrasante majorité planétaire ait fermement refusée à se joindre au discours et aux agissements de l’extrême minorité occidentale.


L’establishment otanesque se retrouve effectivement et de plus en plus devant un bien sérieux dilemme. Et selon nombre de sources – y compris au sein des forces parmi les plus russophobes de l’axe atlantiste. Celui d’accepter la ligne de démarcation courante entre l’Otan et la Russie dans le cadre de la réalité sur le terrain de l’opération militaire spéciale lancée par Moscou l’année dernière. A défaut de quoi de maintenir le discours quant à la nécessité d’assurer par tous les moyens une défaite stratégique à l’Etat russe.

Dans le cas de la première option de la ligne de démarcation – sujet qu’Observateur Continental avait de nouveau récemment traité – cela aura pour signification peut-être non pas une défaite complète de l’Otan dans sa guerre contre la Russie, mais représentera une défaite tout de même. Tout en tenant compte que dans cette option, personne ne peut garantir combien de temps tiendra le régime fantoche de Kiev installé par l’Occident. Surtout au vu des fort nombreux dossiers pour lesquels il faudra rendre des comptes.

L’autre option concerne quant à elle la poursuite de la politique d’anéantissement des citoyens d’Ukraine, en maintenant la politique occidentale du «jusqu’au dernier ukrainien», à l’heure où les pertes du régime kiévien sont déjà tout simplement colossales. Y compris au regard des fuites au sein de l’establishment étasunien sur cette question, comme d’autres.

Etant incapables de réaliser le fameux scénario d’infliger une défaite stratégique à la Russie, tout en se rendant compte que le nombre quasi-incalculable d’armes fournies au régime de Kiev, y compris les plus stratégiques et jugées tellement «efficaces» - ne permet pas de bouleverser la dynamique sur le terrain. Le tout récent exemple avec le système de défense aérienne étasunien Patriot, présenté comme l’un des meilleurs au monde par la propagande occidentale, touché et endommagé selon les sources mêmes washingtoniennes et détruit selon Moscou par une frappe du missile hypersonique russe Kinjal à Kiev, ne fait que renforcer cette réalité.

Et dans cette option – à l’heure où la Russie continue de faire preuve de patience et à ne pas se précipiter – tout en progressant chaque jour un peu plus non seulement sur le terrain, mais également dans l’étude et la riposte face aux technologies militaires occidentales, l’axe atlantiste risque de se retrouver à terme face à une ligne de démarcation qui sera au contact direct ou quasi-direct des frontières des régimes otanesques. Ce qui équivaudra non plus à une défaite limitée de l’establishment occidental, mais bel et bien à une défaite entière et stratégique de l’Otan.

Et là aussi ce n’est pas tout. Car comme prévu et suite à l’initiative de paix chinoise, qui représentait déjà à elle seule un énorme casse-tête pour l’Occident dans l’optique que les nations non-occidentales apportent leur soutien en se joignant à la direction en question – désormais cette réalité se confirme avec l’implication d’autres pays des BRICS, notamment du Brésil et désormais de l’Afrique du Sud. Dans le cas d’ailleurs de l’une des principales puissances d’Afrique – l’initiative est déjà soutenue par plusieurs autres pays africains, dont l’Ouganda, l’Egypte, la Zambie, le Congo et le Sénégal. En passant – des pays pour la plupart ayant des relations étroites et privilégiées avec Pékin et Moscou.

Et malgré le fait que les élites washingtoniennes et occidentales n’ont pas profité de l’occasion de se taire – en accusant le leadership brésilien de «faire le perroquet de la propagande sino-russe» ou encore d’aller jusqu’à affirmer que l’Afrique du Sud fournit des armes et munitions à la Russie, l’Occident se rend compte de plus en plus à être dans l’impossibilité à faire la sourde oreille face à l’écrasante majorité planétaire. Après tout – ni les menaces et intimidations, ni des promesses financières – n’ont été en mesure de faire basculer cette écrasante majorité mondiale dans le camp atlantiste de l’Occident.

Pendant ce temps l’opération militaire spéciale se poursuit. La retenue russe vis-à-vis des civils tout en maintenant la destruction progressive du potentiel armé ennemi et du laboratoire d’expérimentation otanesque en Ukraine, y compris les meilleurs types d’armements occidentaux, confirme une fois de plus toute la rage de l’Occident à ce sujet. Du moins des régimes occidentaux nostalgiques de l’ère unipolaire définitivement révolue.

Quant au fait laquelle des options sera finalement appliquée dans le cadre de la nouvelle ligne de démarcation Est-Ouest, entre le monde multipolaire et l’extrême minorité planétaire, cette question reste encore ouverte. Le principal étant que la ligne de démarcation sera bel et bien tracée.