top of page
  • 2rp

L’ONG ONE appelle les dirigeants à investir 2% du PIB mondial pour la planète et ses habitants


Sommet pour un « Nouveau Pacte Financier Mondial », l’ONG ONE appelle la France et les représentants des pays participants à saisir l’opportunité que représente ce sommet et annoncer des mesures pour que 2 % du PIB mondial soient investis dans la lutte contre le changement climatique et la pauvreté.


Pandémies, changement climatique, perte de biodiversité, augmentation de l’extrême pauvreté, insécurité alimentaire, dette et inflation : le monde entier est touché par une convergence de crises sans précédent. Les pays les plus pauvres sont les plus durement touchés, alors qu’ils en sont les moins responsables et qu’ils n’ont pas les mêmes armes financières à leur disposition pour y faire face.


ONE demande que 2 % du PIB mondial soient investis au service de la protection de la planète et de ses habitants. Pour atteindre ces 2 %, les dirigeants doivent :

  • Enfin atteindre leur engagement de $100 milliards de dollars par an pour le climat, promis pour la première fois en 2009.

  • Accélérer la réforme de la Banque mondiale pour tripler ses prêts et subventions d'ici 2030

  • Atteindre l’objectif de recycler $100 milliards de Droits de Tirage Spéciaux incluant un détail pays par pays des engagements, et des annonces de décaissements.

  • S'engager à mobiliser au moins $50 milliards par an par le biais de taxes innovantes comme une taxe maritime ou une taxe internationale sur les transactions financières.


Désiré Assogbavi, Directeur de ONE pour l’Afrique Francophone, déclare : « La situation actuelle n’est plus tenable. Pendant trop longtemps, les pays les plus riches du monde ont choisi d'ignorer les conséquences de leurs actions, en préservant un système économique mondial qui renforce les inégalités et laisse les populations des pays les plus pauvres face à des crises qu'elles n’ont pas contribué à provoquer. Sans action urgente, 575 millions de personnes, soit 7 % de la population mondiale, vivront sous le seuil de l'extrême pauvreté d'ici à 2030. »


Najat Vallaud-Belkacem, Directrice France de ONE, déclare : « Si ce « Nouveau Pacte » pour la planète et ses habitants devait n’être qu’un slogan, alors il vaudrait mieux n’avoir organisé aucun sommet. Les pays les plus vulnérables sont épuisés des promesses non tenues. Seul un engagement véritablement à la hauteur, en termes de financements comme de réforme du fonctionnement des institutions de Bretton Woods ou de mise à contribution du secteur privé aux indispensables efforts réclamés par notre monde, permettra à la « communauté internationale » de retrouver du crédit pour la suite. »



ONG ONE Campaign