top of page
  • 2rp

L'Afrique doit fixer le calendrier de sa transition énergétique, que le monde le veuille ou non

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l'énergie



Il y a environ un an, avant le début de la COP27 en Égypte, Fiona Harvey et Matthew Taylor ont écrit dans un article d'opinion pour The Guardian qu'il était temps d'arrêter l'exploration gazière en Afrique.


"L'Afrique doit adopter les énergies renouvelables et renoncer à l'exploration de ses gisements de gaz potentiellement lucratifs pour éviter une catastrophe climatique et permettre aux centaines de millions de personnes qui en sont dépourvues d'accéder à une énergie propre, ont déclaré d'éminents experts du continent", ont-ils écrit.


Ce n'est pas nouveau. Depuis plusieurs années, les pays riches et les organisations environnementales font pression sur les pays africains pour qu'ils laissent leurs ressources pétrolières dans le sol.


La position de la Chambre africaine de l'énergie est constante : Oui, les pays africains producteurs de pétrole et de gaz devraient faire et feront leur part pour soutenir les objectifs mondiaux de réduction des émissions. Oui, les dangers du changement climatique doivent être pris au sérieux.


Cependant, nous refusons de laisser le monde fixer le moment où l'Afrique relâchera ses efforts en matière de prospection et de production de pétrole et de gaz. Nous sommes convaincus que la production de pétrole et de gaz, lorsqu'elle est gérée de manière stratégique, ouvre la voie à la croissance économique et à la sécurité énergétique, et nous sommes déterminés à aider l'Afrique à tirer parti de ces avantages.


C'est le message que nous apportons à la COP28 : les pays africains ont tout à fait le droit de fixer le calendrier de leurs transitions énergétiques. Et comme les nations du monde entier, les États africains exerceront ces droits.


La contribution minuscule de l'Afrique


Le monde doit comprendre que les pays africains ne peuvent pas suivre le même calendrier de transition énergétique que les pays occidentaux. L'Afrique a encore besoin de temps - un temps que le monde occidental a déjà eu et, franchement, continue de traire - pour résoudre la pauvreté énergétique et s'industrialiser.


Commençons par l'éléphant proverbial dans la pièce : En ce qui concerne les émissions mondiales, l'Afrique n'est PAS le problème.


En 2021, les émissions mondiales de CO2 ont atteint 37,12 milliards de tonnes. La Chine s'est classée au premier rang avec 11,47 milliards de tonnes ; l'ensemble du continent africain a contribué à hauteur de 1,45 milliard de tonnes, soit seulement 4 % des émissions mondiales de carbone. En fait, au cours des deux dernières décennies, la contribution totale de l'Afrique aux émissions mondiales de gaz à effet de serre n'a jamais été supérieure à 4 %, ce qui représente de loin la part la plus faible du monde. L'Afrique a les émissions par habitant les plus faibles de tous les continents, avec une moyenne d'une tonne de CO2 émise annuellement par chaque individu. L'Américain moyen émet autant de CO2 en un mois que l'Africain moyen en une année entière.


Et pourtant, l'Afrique est punie de manière disproportionnée pour la catastrophe climatique qui, soyons honnêtes, a été initiée et est perpétuée par les économies occidentales et développées.


"L'histoire de l'Afrique ou du monde en développement n'est pas vraiment une histoire de transition énergétique, c'est une histoire de développement", a déclaré Andrew Kamau, du Center on Global Energy Policy de l'université de Columbia, lors d'une récente interview avec Energy Intelligence.


"On entend beaucoup parler de toutes ces technologies qui sont en train d'être développées, mais où sont-elles à l'échelle ? demande M. Kamau. "Quelqu'un s'est-il industrialisé en utilisant uniquement l'énergie éolienne et solaire ? Je n'en sais rien. Nous attendons de voir si c'est possible.


M. Kamau s'est également interrogé sur l'origine de tous les financements internationaux. L'Occident a fait de grandes promesses financières, mais le niveau de soutien réellement nécessaire pour entreprendre une transition vers les énergies renouvelables au rythme dicté par l'Occident ne s'est pas encore matérialisé.


Utiliser les ressources à notre disposition


La Chambre africaine de l'énergie reconnaît qu'il est important de développer des technologies vertes abordables et durables pour fournir notre énergie, mais nous ne sommes pas du tout d'accord avec l'idée d'accepter le calendrier unique de l'Occident.


Des Africains me disent qu'ils sont sceptiques quant aux avantages du pétrole et du gaz parce qu'ils ont vu les problèmes causés par le secteur de l'énergie. On pourrait avancer les mêmes arguments au sujet d'Internet, accusé de nuire aux relations sociales, de diminuer notre sécurité et de nuire au développement cognitif des enfants. Pourtant, utilisé à bon escient, Internet fait aussi beaucoup de bien, et je n'entends pas beaucoup de voix s'élever pour demander qu'on s'en débarrasse. Ce que je veux dire, c'est que le pétrole et le gaz peuvent faire du bien et en font (j'ai écrit des livres entiers sur le sujet !) - l'essentiel est de savoir tirer parti de nos ressources de manière intelligente.


Quelque 600 millions de personnes sur le continent n'ont toujours pas accès à l'électricité ni même à des technologies de cuisson propres. Ces Africains ne se rendent pas compte qu'une infrastructure énergétique fiable facilite la croissance économique en créant des emplois, en augmentant la productivité et en réduisant le coût des affaires. La plupart d'entre eux seraient ravis d'avoir de la lumière dans leur maison après la tombée de la nuit ou de pouvoir réfrigérer leurs aliments.


Mais pensez à l'abondant potentiel énergétique de l'Afrique !


D'ici à 2050, le continent abritera 11 % du marché mondial du gaz naturel liquéfié (GNL) et la deuxième plus forte croissance de l'offre de gaz. En exploitant les vastes réserves de gaz naturel qui se trouvent à nos pieds, nous pouvons tout d'abord travailler à l'éradication de la pauvreté énergétique sur le continent, puis assurer notre croissance économique au fur et à mesure de notre transition vers les énergies renouvelables.


Je suis d'accord avec Mohamed Hamel, secrétaire général du Forum des pays exportateurs de gaz, lorsqu'il qualifie de "malavisé" l'argument selon lequel l'Afrique ne devrait pas développer ses ressources en gaz naturel.

"Une Afrique prospère sera plus à même de protéger son environnement. Le droit de l'Afrique à développer ses vastes ressources naturelles peut être préservé et son accès au financement et à la technologie facilité", a déclaré M. Hamel.


Transformer la pression en partenariat


À l'époque de la COP27, j'ai clairement indiqué que les nations africaines ne poursuivraient pas indéfiniment leurs activités pétrolières et gazières sans se tourner vers les sources d'énergie renouvelables, mais que c'était à nous, Africains, de fixer le calendrier de la transition de l'Afrique.


"Ce que j'aimerais voir, au lieu des pressions occidentales visant à mettre un terme brutal aux activités pétrolières et gazières en Afrique, c'est un effort de coopération", écrivais-je à l'époque. "Des partenariats, des relations fondées sur le respect, des communications ouvertes et de l'empathie. À quoi cela ressemble-t-il ? Cela commence par la conviction que lorsque les dirigeants, les entreprises et les organisations africaines disent que le moment est mal choisi pour mettre fin à nos activités liées aux combustibles fossiles, nous n'avons pas tort. Lorsque nous discutons de nos propres pays, nous savons de quoi nous parlons".


Il est clair que nous avons encore des progrès à faire. Trop de personnes extérieures suggèrent que les dirigeants africains sont manipulés ou influencés par l'appât du gain lorsqu'ils s'efforcent d'encourager l'exploration et la production de pétrole et de gaz dans leur pays. Peu de gens semblent croire que, lorsque les pays établissent et affinent des lois sur le contenu local, adaptent des régimes fiscaux favorables aux investisseurs et promeuvent des politiques qui protègent la dignité humaine, ils prennent des mesures raisonnées et stratégiques pour créer un avenir meilleur pour leurs populations.


Cela m'attriste, mais cela renforce aussi ma détermination. Nous continuerons à nous battre pour ce qui est juste, pour ce qui nous appartient. Nous ne renonçons pas à une transition énergétique juste pour l'Afrique, une transition qui s'effectue selon un calendrier qui profite et qui profite à tous les Africains.

Posts à l'affiche