top of page

Investissements dans l'énergie : la Chambre africaine de l'énergie (AEC) soutient le forum « Invest in African Energy » à Paris



La Chambre africaine de l'énergie (AEC), qui représente la voix du secteur africain de l'énergie, est fière d'annoncer son soutien officiel et son appui indéfectible au prochain forum Invest in African Energy (IAE), qui se tiendra à Paris les 14 et 15 mai. Organisé par Energy Capital & Power, IAE 2024 devrait enflammer le secteur en réunissant des investisseurs européens et internationaux avec des chefs d'entreprise, des indépendants et des entrepreneurs africains afin de vendre de nouveaux projets et d'accéder à des opportunités inégalées dans le paysage énergétique africain.


De retour à Paris pour sa deuxième édition, le forum établit de nouvelles voies d'engagement entre les parties prenantes européennes et africaines. Axé non seulement sur l'investissement, mais aussi sur un partenariat et une collaboration mutuellement bénéfiques, le forum réunit des ministres africains de l'énergie, des dirigeants de compagnies pétrolières nationales et des indépendants avec leurs homologues européens, ce qui crée des opportunités de croissance et de conclusion d'accords. L'édition 2023 de l'événement a vu la signature de plusieurs accords et partenariats intéressants, ce qui devrait se poursuivre en 2024, l'Europe devenant un partenaire de plus en plus stratégique pour l'Afrique.


La France est depuis longtemps un acteur essentiel de l'industrie de l'énergie en Afrique, ouvrant des bassins frontaliers et étant le fer de lance d'une croissance axée sur les infrastructures. Représentant le plus grand développeur de projets français en Afrique, TotalEnergies se distingue dans ce domaine en développant des projets transformateurs tels que le gaz naturel liquéfié (GNL) au Mozambique et le développement du lac Albert en Ouganda, tout en menant des activités en amont en Afrique du Sud, en Angola, en Libye et dans bien d'autres pays encore. En Namibie, TotalEnergies a fait une découverte offshore importante en 2022, déclenchant une nouvelle vague de forages d'exploration de la part des compagnies pétrolières internationales.


Perenco, premier producteur indépendant d'hydrocarbures et l'un des plus gros contribuables d'Afrique, se distingue par son engagement soutenu en faveur du continent. La société a récemment achevé une campagne d'acquisition sismique 3D en République du Congo, tout en mettant en service de nouveaux puits et en dirigeant la construction de l'installation de GNL du Cap de Lopez au Gabon, d'une valeur d'un milliard de dollars. Perenco est un modèle d'excellence opérationnelle, en particulier dans la région CEMAC, où elle favorise la croissance par la technologie et l'innovation. 


Du côté des services, des entreprises comme Technip Energies et SLB se sont révélées être des partenaires essentiels pour les projets pétroliers et gaziers africains. Qu'il s'agisse de l'entretien de projets offshore tels que Greater Tortue Ahmeyim LNG au Sénégal et en Mauritanie et Coral Sul Floating LNG au Mozambique, ou de la conduite de projets pétroliers et gaziers commerciaux au Nigeria, en Angola, en Algérie, au Congo et dans bien d'autres pays, ces entreprises ne se contentent pas de soutenir de nouvelles exploitations d'hydrocarbures, mais contribuent également à une transition énergétique juste en Afrique.


Parallèlement, les développeurs français d'énergies renouvelables continuent de progresser dans la transition énergétique de l'Afrique. Des entreprises comme Engie, EDF Renewables, Voltalia et bien d'autres ont investi massivement dans le potentiel solaire, éolien et hydroélectrique de l'Afrique. Si ces investissements ont permis d'augmenter la capacité installée de production d'électricité, des engagements supplémentaires sont nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de climat et de sécurité énergétique.


« L'Afrique représente la dernière frontière énergétique, regorgeant d'un potentiel inexploité qui exige non seulement de nouveaux investissements, mais aussi une collaboration stratégique et un dialogue beaucoup plus équilibré. Le forum IAE 2024 à Paris témoigne de notre engagement collectif à exploiter ce potentiel. Il s'agit d'un appel aux investisseurs et aux parties prenantes du secteur de l'énergie, les incitant à investir en Afrique, à y mener des projets et à faire de la pauvreté énergétique une histoire ancienne d'ici 2030. Au nom de l'AEC, nous sommes fiers de soutenir ce forum et nous encourageons vivement tous nos membres et pays associés à y participer », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de l'AEC.


Pour atteindre les Objectifs de développement durable définis par l'Accord de Paris d'ici 2030, l'Afrique a besoin d'un financement annuel supplémentaire de 194 milliards de dollars. Alors que le continent dispose de plus de 125 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole, de 620 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel et d'un potentiel inégalé en matière d'énergies renouvelables, une grande partie de ces ressources reste inexploitée, ce qui présente des opportunités lucratives pour les investisseurs étrangers, en particulier ceux d'Europe. L'IAE 2024 ne pouvait donc pas mieux tomber pour le continent. Ce soutien souligne l'engagement de l'AEC à favoriser les partenariats stratégiques, à débloquer les flux de capitaux et à propulser le continent vers un avenir marqué par le développement et la croissance durables de l'énergie.


En tant que Chambre africaine de l'énergie, nous sommes résolument engagés à guider le continent vers un avenir alimenté par un développement énergétique durable. Le forum sert de plateforme pour forger des partenariats, entamer des dialogues et tracer la voie vers un paysage énergétique prospère qui améliore les communautés et les économies dans toute l'Afrique.


Source: Energy Capital & Power